Free franchit la barre des 3 millions d’abonnés haut débit

Cloud

La filiale Internet d’Iliad revendique près de 22 % du marché des nouveaux abonnés haut débit au premier trimestre 2008.

Free conserve sa place de premier opérateur alternatif (face à Orange) en termes de… recrutements nets. Selon les résultats du premier trimestre 2008 que vient de communiquer le fournisseur d’accès Internet (FAI), Free revendique 3,041 millions d’abonnés. Soit 137 000 nouveaux “freenautes” enregistrés par rapport au quatrième trimestre du précédent exercice. Ce qui permet à la filiale du groupe Iliad de revendiquer près de 22 % des 630 000 nouveaux abonnés ADSL du marché français au cours de la période..

Le chiffre d’affaire du FAI est également en progression de 22,3 % à 340 millions d’euros contre 277,9 millions pour le premier trimestre 2007. Sans surprise, c’est le secteur des communications ADSL qui génère l’essentiel de l’activité avec un chiffre d’affaires consolidé de 333,6 millions d’euros (en progression de 24,7 % sur un an). Le secteur de la téléphonie traditionnelle poursuit son déclin avec un résultat en baisse de près de 38 % par rapport à la même période 2007 à 6,4 millions d’euros. Il ne compte plus que pour 1,9 % du chiffre d’affaire global du groupe.

Les 4 millions d’abonnés en 2010

Le revenu mensuel par abonné (Arpu) affiche une légère baisse à 36,2 euros (hors TVA) au 31 mars 2008 contre 36,3 euros au 31 décembre 2007. Néanmoins, il progresse de 1,3 euro sur 12 mois. Les services optionnels (TV payante, VOD, etc.) séduisent les abonnés. Avec un chiffre d’affaires de 80,1 millions d’euros sur le premier trimestre (+42,5 % sur l’année), les options payantes constituent désormais 24 % des revenues du haut débit (22,4 % au 31 décembre 2007). Autant dire que les offres de contenus et les accords avec les diffuseurs sont des plus stratégiques dans le développement du FAI.

Free vise les 3,25 millions de clients fin 2008 et 4 millions en 2010. Avec, fin 2008, une marge brute moyenne mensuelle par profil supérieure à 20 euros. A la fin de l’année, 84 % des abonnés seront dégroupés totalement ou partiellement. Contre 81,5 % fin 2007 (dont 58,1 % totalement dégroupés).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur