Free lance son offre de migration vers le 1 024 Kbit/s

Cloud

Free vient d’amorcer la migration de son forfait ADSL de 512 Kbit/s à 1 Mbit/s. Une offre destinée aux abonnés non dégroupés, qui devront en faire la demande.

Le fournisseur d’accès Internet (FAI) Free vient d’ouvrir son offre de migration du 512 Kbit/s vers le 1 024 Kbit/s destinée aux abonnés non dégroupés, donc situés sur le réseau ADSL de France Télécom. Rappelons que les internautes directement raccordés au réseau de Free bénéficient déjà de 2 048 Kbit/s (voir édition du 5 décembre 2003). Cette offre avait été annoncée en fin d’année 2003 en réaction aux récentes baisses tarifaires de Wanadoo (voir édition du 12 décembre 2003). Free avait alors préféré améliorer son service en augmentant les débits plutôt que d’entrer dans une guerre des prix. Le forfait ADSL à 29,99 euros par mois n’a d’ailleurs connu aucune variation tarifaire depuis son lancement en 2002 (voir édition du 19 septembre 2002).

Migration à la demande

Si l’offre de migration est proposée à l’échelle nationale, elle n’est pas automatique : les abonnés devront en faire la demande en ligne. “Cette mise à jour nécessite une démarche auprès de France Télécom qui vérifiera si la ligne est éligible ou non au 1 024”, nous précise le service communication de Free. Tout le monde n’aura donc pas droit à l’augmentation des débits. De plus, dans la mesure où il s’agit d’une modification contractuelle, l’accord de l’abonné est nécessaire. En cas d’éligibilité de la ligne, la mise à niveau technique devrait s’effectuer “dans les sept à quinze jours”. En revanche, les clients du FAI inscrits depuis janvier 2004 bénéficient automatiquement d’un accès à 1 Mbit/s en voie descendante, comme le soulignent les nouvelles conditions générales de vente.

Free ne communiquera pas directement sur cette offre auprès de ses abonnés. “Ce n’est pas dans nos habitudes”, rappelle le porte-parole du FAI, “nous préférons donner aux abonnés le réflexe de s’informer en ligne des évolutions de l’offre et, surtout, nous ne souhaitons pas envoyer de courrier non sollicité.” Bien que partiellement compensée par la baisse des tarifs de gros de France Télécom (voir édition du 10 décembre 2004), l’opération de migration a un coût pour l’opérateur. Free a donc tout intérêt à étaler les demandes dans le temps.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur