Free Mobile : Stéphane Richard renvoie Xavier Niel dans les filets

Mobilité

Devant la même commission parlementaire, le patron d’Orange a répondu aux critiques émis par son homologue chez Free Mobile. Avec des nuances compte tenu des relations de “coopétition”.

Une semaine après Xavier Niel (Free Mobile), Stéphane Richard s’est expliqué devant les membres de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale.

Silicon.fr a écouté le patron d’Orange.

Il n’y est pas allé avec le dos de la cuillère vis-à-vis de son nouveau concurrent Free Mobile et néanmoins partenaire commercial (à travers l’accord d’itinérance qui lie les deux opérateurs).

Stéphane Richard regrette avant tout les propos employés par Xavier Niel (“escrocs, salopard”, a-t-il rappelé) lors de la présentation des offres mobiles le 10 janvier dernier.

Mais il reproche surtout à Free d’avoir sous-estimé l’attractivité de ses offres,  ce qui crée un engorgement des demandes de portabilité à traiter par le GIE dédié à cette question.

Il se déclare “agacé par l’activisme de Free” sur cette question.

Laquelle devrait être réglée en portant les capacités de traitement quotidien des demandes de 40 000 aujourd’hui à 80 000 avant la fin de la semaine prochaine (contre 13 000 en moyenne avant l’arrivée de Free).

Sur la question de l’activation du réseau de Free, Stéphane Richard s’est montré prudent en rappelant que le contrat commercial d’itinérance signé avec Free comporte des clauses confidentielles.

Il n’en attend pas moins que “l’ARCEP fasse son boulot et s’assure que Free remplit ses obligations réglementaires.”

Le régulateur a en effet relancé une procédure de vérification du réseau du nouvel entrant.

Sur les risques de saturation du réseau mobile d’Orange, le patron d’Orange s’est montré rassurant.

Tout en précisant la nécessité de surveiller l’état des consommations en quasi temps réel pour effectuer les éventuels ajustements nécessaires en cas d’engorgements.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur