Free officialise son offre de dégroupage total direct

Mobilité

Les particuliers peuvent désormais demander un accès ADSL sans passer par France Télécom. Facturé 20 euros, le service n’est pas accessible à tous les internautes.

Activer directement une ligne téléphonique totalement dégroupée sans passer par France Télécom? C’est aujourd’hui possible. Free vient d’officialiser le service “Total Freebox sur Numéro Inactif” qui permet de bénéficier d’une connexion ADSL sans être passé par les services de l’opérateur historique. Cela permet d’économiser l’abonnement de 14 euros mensuel sur une période d’engagement de 12 mois (bien que l’obligation de cet engagement varie selon la politique des agences France Télécom en la matière) et les 55 euros d’ouverture de ligne. L’abonné, qui n’a plus aucune relation contractuelle avec France Télécom, bénéficie d’un accès ADSL haut débit (jusqu’à 20 Mbits/s), de la téléphonie sur Internet et d’un bouquet de chaînes audiovisuelles pour moins de 30 euros par mois.

Jusqu’alors réservé à Paris, Total Freebox est aujourd’hui étendu sur l’ensemble du territoire des zones dégroupées par Free. Un service facturé 20 euros… même si la connexion n’est finalement pas activée. Pour effectuer le raccordement de la ligne à son réseau dégroupé, Free doit en effet effectuer une demande préalable d’informations auprès de France Télécom qui déterminera la faisabilité du projet. Demande facturée 20 euros par l’opérateur historique à l’opérateur alternatif quelle que soit la réponse. La facturation reste cependant gratuite jusqu’à la fin de la période de test, le 30 juin 2005.

Des lignes exclues de l’offre

Après le dégroupage partiel, puis le dégroupage total, le dégroupage total direct devient donc une réalité. Mais la simplicité n’est pas encore à l’ordre du jour. L’obtention d’une ligne directement dégroupée est conditionnée par la connaissance de son numéro téléphonique. Cela exclu d’entrée les lignes des résidences nouvellement construites et jamais activées… lesquelles s’avèrent pourtant l’un des principaux marché de ce nouveau service.

Pour les autres, les domiciles qui ont déjà bénéficié d’une ligne activée, l’abonné potentiel doit se débrouiller pour obtenir le numéro précédemment attribué. Soit en le demandant au précédent bénéficiaire (si tant est qu’il n’a pas “porté” son numéro vers une autre ligne) soit en connectant un téléphone pour composer le 1014 (l’agence France Télécom en ligne) et… demander le numéro de la ligne sur laquelle on appelle (et espérer que l’interlocuteur se montrera compréhensif).

Malgré les obstacles de la procédure, dont les délais ne sont toujours pas garantis, “il y a une forte demande chez certaines populations comme les jeunes ou les gens qui déménagent et ne veulent plus avoir d’abonnement France Télécom”, analyse Michaël Boukobza, directeur général d’Iliad. Comme à son habitude depuis que le groupe est côté en bourse, le dirigeant refusera de nous communiquer des chiffres et estimations de résultat sur Total Freebox. Au 31 décembre 2004, Free comptait plus d’1 million d’abonnés dont plus de la moitié dégroupés et occupait 17 % du marché de l’ADSL (voir édition du 15 mars 2005).

Free intervient au domicile des particuliers
C’est en toute discrétion que Free a mis en place une cellule mobile d’intervention pour venir en aide aux particuliers qui ne parviennent pas à obtenir, ou rétablir, leur connexion Internet. Créé il y a plus de deux mois et composée de plusieurs dizaines de salariés itinérants, cette cellule s’adresse aux abonnés des zones dégroupées. L’intervention humaine se fait à l’initiative de Free qui propose alors un rendez-vous et envoie un technicien sur place. L’intervention n’est validée qu’après s’être assuré qu’aucune solution ne peut être trouvée par l’assistance téléphonique. Ou si le client insiste lourdement. Si l’intervention se fait à l’initiative de du fournisseur d’accès, c’est évidemment avec la bénédiction du client qui risque de se voir facturer la prestation 90 euros. “La facture est établie si et seulement si l’origine du problème est de la faute du client et seulement si nos techniciens parviennent à rétablir la connexion”, précise Michael Boukobza. Ligne mal câblée (ou décâblée par erreur, ça s’est vu), problème de Freebox ou autre, nombreux sont en effets les causes d’erreurs possibles indépendantes de l’action de l’abonné. En revanche, un filtre ADSL non posé, une Freebox mal branchée ou une ligne “bidouillée” incombe totalement à l’abonné. “Sa responsabilité commence à partir du boîtier de livraison de la ligne téléphonique”, précise le directeur général d’Iliad. Free dénombre plus d’un millier d’interventions personnalisées par mois. A comparer avec les 50 000 nouveaux abonnés mensuels que Free enregistrait en moyenne en 2004.

Article modifié le 22 avril 2005.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur