Free pris aussi par la fièvre des jeux d’argent

Mobilité

Le groupe d’accès de Xavier Niel s’associe avec Chiligaming autour d’une offre de jeux en ligne “dès que l’environnement réglementaire français le permettra”.

Free ne manque pas de flair pour trouver de nouveaux filons de business. Ici, il s’agit en l’occurrence des jeux d’argent sur Internet (paris sportifs, jeux de casinos… ) “dès que l’environnement réglementaire français le permettra”, nuance-t-il dans un paragraphe consacré à ce nouveau projet publié dans un communiqué de presse financier sur les résultats 2008.

Le groupe Iliad/Free annonce qu’il a établi un “partenariat stratégique” avec Chiligaming (Groupe Gaminvest Holding Ltd) dans la perspective de l’ouverture du marché des jeux en France.

L’objectif étant de développer à terme une offre de jeux en ligne en France. Derrière Chiligaming qui exploite des licences de jeux sur Internet depuis Malte (avec des jeux de paris sportifs, de casinos et de bingo disponibles en sept langues), on retrouve un groupe de Net-entrepreneurs, dont le Français Alexandre Dreyfus.

A la fin des années 90, il avait fondé le réseau de city guides WebCity à la fin des années 90 puis revendu sa structure en mai 2003 à son concurrent Cityvox (lui-même dans le giron du groupe France Telecom cinq ans plus tard).

Sur le site d’information iGamingFrance, le co-fondateur de Chiligaming explique qu’il cherchait “à s’associer à un groupe industriel afin d’attaquer le marché français dans de bonnes conditions (… )Pour l’instant, nous ne communiquons pas en France, par pur respect de la volonté politique. Mais, dès l’ouverture du marché, nous pourrons nous appuyer sur les puissants outils techniques et marketing de Free pour le faire.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur