Free – SFR : le démarchage abusif de clients reste à démontrer

Marketing

Univers Freebox fait état de tentatives audacieuses de SFR pour récupérer des clients Free par voie de téléprospection. Le premier opérateur dément, le second ne fait (presque) pas de commentaires.

Une campagne de démarchage commercial abusif aurait été orchestrée par des opérateurs concurrents de Freedepuis quelques semaines“.

C’est ce qu’affirme Univers Freebox, site communautaire regroupant nouvelles et ressources sur les services de Free.

Une nouvelle façon de recruter les abonnés des concurrents, sur fond de concurrence acharnée sur le haut débit et l’arrivée prochaine de Free Mobile ?

SFR en particulier est cité dans deux exemples, provenant de témoignages de “freenautes” envoyés à Univers Freebox.

Dans le premier cas rapporté, un téléprospecteur, qui se fait passer pour un représentant de Free, assure à des clients “dont le nom est à consonance turque ou arabe” que des destinations comme la Turquie et le Maroc ne seront bientôt plus incluses dans les appels illimités de la Freebox.

Il propose du coup à ce client Free de changer de fournisseur d’accès en le ré-orientant vers SFR, qui maintient de son côté l’illimité. Une manipulation un peu grossière peut-être.

Le deuxième abus rapporté est plus subtil : un présumé commercial rattaché à Iliad-Free contacte un client pour lui annoncer une hausse de son forfait.

Plus tard, un présumé commercial de SFR prend le relais. Il recontacte le même client en lui proposant un pont d’or vers SFR dans l’espoir de convertir le “freenaute” dépité.

Contacté jeudi après-midi par la rédaction, SFR “dément vivement” ces accusations de pratiques commerciales abusives.

De son côté, Free ne “fait pas de commentaires” sur ces nouvelles allégations.

Mais, selon un porte-parole d’Iliad, des abonnés de Free assurent dans un cas précédent qu’ils ont fait l’objet de démarchage commercial en provenance d’opérateurs concurrents.

Et des propos jugés diffamatoires auraient été tenus à l’encontre de Free.

Il y a deux semaines, le FAI a émis un appel à témoignages pour monter un dossier à charge.

Il fournit un formulaire d’attestation permettant de récupérer des éventuelles témoignages de clients susceptibles d’être exploitées devant la justice.

Free ne précise pas si oui ou non, il a reçu un premier retour sur cette opération.

Mais les propos jugés diffamatoires sont monnaie courante entre opérateurs.

Parfois au plus haut niveau : récemment, Xavier Niel, patron de Free, et Martin Bouygues, P-DG du groupe Bouygues, ont été conjointement condamnés à 1 euros.

De son côté, Edouard Barreiro, responsable des dossiers FAI pour l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir, déclare ne pas avoir eu connaissance de cas pertinents de ce genre.

Tout juste “1 ou 2 témoignages, qui n’étaient pas précis” et dont l’origine manquait de fiabilité.

Avec des arguments du genre : “Free c’est pas bien, leur réseau ne sera pas performant, ne couvrira pas toute la France, etc.”

Il faudra attendre des retours d’expérience plus convaincants…

Logo : ©-auremar-Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur