Free veut accélérer la remise en forme d’Alice

Cloud

Iliad/Free a subi un impact lié au rachat d’Alice. Mais le groupe télécoms a encore des ressources pour ses projets mobiles et FTTH.

(photo archive) Cette bonne vieille querelle entre FAI alternatifs à propos de leurs parts de marché sur le haut débit n’a pas pris une ride : qui est le premier challenger de France Telecom/Orange qui concentre presque toujours la moitié du marché (49,6% selon les données Arcep et France Telecom) ?

En présentant ses résultats financiers de l’année 2008, le groupe Iliad/Free soutient mordicus qu’il arrive à la deuxième place avec une part de marché de 25,2% en prenant en compte l’acquisition du service d’accès Alice survenue mi-2008. Tandis que le groupe SFR s’auto-proclame lui aussi premier adversaire de l’opérateur historique après son rachat de Neuf Cegetel (23,1%).

L’analyse du volet du recrutement tournerait plutôt en faveur du groupe de Xavier Niel : en un an, il a  recensé 485 000 nouveaux abonnés sous sa marque plus les 836 000 clients repris chez Alice. En fin d’année, il aligne un total de 4,2 millions d’abonnés haut débit. Sur la même période, SFR n’aurait séduit “que” 295 000 abonnés. Petite consolation pour la filiale télécoms du groupe Vivendi : elle se serait montrée plus performante au quatrième trimestre 2008.

Iliad/Free garde son panache et la crise économique global l’effleure peu. Son chiffre d’affaires a crû de 29% par rapport à l’année précédente à 1,5 milliard d’euros. Mais deux autres indicateurs ont été plombés à cause du rachat d’Alice : le résultat opérationnel s’élève à 172,3 millions d’euros (-18,6%).

“La contribution d’Alice au résultat opérationnel du groupe a été négative de 94 millions d’euros”, précise le groupe. Quant au résultat net consolidé, il atteint 100 millions d’euros à fin 2008 “après prise en compte de l’impact dilutif d’Alice”.

Mais Free a monté un plan de remise en forme d’Alice et prévoit un retour à “l’équilibre rapide” de l’Ebitda* de l’ancien service d’accès de Telecom Italia France au cours du second trimestre 2009.

Free et Alice, deux profils clients complémentaires

Quelle est la potion appliquée alors “qu’Alice perdait un million d’euros par jour en 2008” ? Plusieurs pistes ont été ouvertes : rationalisation des offres commerciales, réduction des dépenses marketing et dépenses généraux, fermeture des réseaux… Mais c’est surtout les efforts réalisés sur le taux de dégroupage qui va changer la donne (actuellement, il est de 50,7% chez Alice contre 85,6% côté Free).

(lire la suite page suivante)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur