FTTH Council : la fibre optique au service de l’environnement

Cloud

Selon des recherches sur l’impact environnemental des réseaux optiques, la fibre n’apporte que des points positifs à l’Europe.

Ecologique la fibre optique? Selon des recherches menées par Price Waterhouse Coopers (PwC) et le Comité de Développement Durable, et présentées lors du FTTH Council qui se tient à Paris (les 27 et 28 février 2008), “l’impact environnemental final du FTTH sera positif dans moins de 15 ans” en Europe.

Pour avancer cette conclusions, les recherches se sont concentrées sur l’étude de l’impact environnemental d’un réseau FTTH (Fiber to the Home) à ses avantages associés. L’usage du très haut débit à domicile et dans les entreprises contribuera à “la réduction du déplacement routier, à la diminution d’infrastructures de transport, et à l’introduction de services sociaux et gouvernementaux innovants“.

L’implantation du réseau optique sur ses 15 premières années d’activité en regard de 20 millions de bénéficiaires (pour 2015 selon les projections de l’Idate) réduirait de 330 kg d’émission de gaz à effet de serre par utilisateur. Soit l’équivalent d’une voiture parcourant 2000 Km environ. En d’autres termes, en multipliant les services de téléassistance et le travail à distance, le très haut débit réduirait les déplacements physiques et, donc, les pollutions environnementales qui les accompagnent.

La consommation énergétique liée à son fonctionnement ne représenterait que 6 % de l’impact total environnemental. Tandis que sa construction s’élève à plus de 80 %. Mais les innovations continuelles rendront les processus de déploiement “moins coûteux, plus rapides, et moins perturbateurs“. Et Christian Ollivry, président du Comité SUDEFIB du FTTH Council de conclure que “au delà de cette période de 15 ans, qui est assez raisonnable, ces recherches montrent que le FTTH n’apporte que des points positifs à l’Europe“. Vive la fibre, donc.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur