Fuji veut révolutionner l’image numérique

Mobilité

L’industriel japonais propose de modifier la forme des éléments qui captent la lumière dans les caméra vidéo et appareils photo numériques. Une structure en forme en nid d’abeilles permettrait d’obtenir de meilleures images.

Il fallait y penser. Comme les fameux grains en T, qui ont marqué un pas important en matière de qualité de films photographiques, la qualité des images numériques pourrait tirer parti d’un changement de forme des éléments photosensible des capteurs d’images électroniques.

Fuji Film a annoncé la mise au point de la technologie de capteurs de lumière Super CCD. Plutôt que d’utiliser des éléments rectangulaires, l’industriel propose d’assembler des cellules octogonales orientée à 45 degrés. L’industriel affirme que ses capteurs offrent un meilleur rendu de la couleur. La meilleure utilisation de l’espace offerte par les cellules orthogonales permet d’obtenir une surface active plus importante, et donc de réduire les signaux électroniques parasites, le fameux bruit. Il s’ensuivrait, selon Fuji, une meilleure sensibilité des capteurs de lumière. De même, la meilleure utilisation de la surface du capteur permettrait d’obtenir des images plus précises. Fuji affirme qu’un capteur Super CCD de 1,3 millions d’éléments offre une qualité d’images analogue à celle d’un capteur CCD ordinaire de 2 millions de pixels. Une caractéristique qui pourrait permettre de réduire, à qualité égale, la consommation électrique des appareils de photographie numérique.

Fuji n’a pas précisé quand les premiers appareils “Super CCD” seraient disponibles sur le marché. L’industriel devrait, l’année prochaine, proposer des capteurs de 3 millions d’éléments, le mode de fabrication des puces permettant d’aller jusqu’à 10 millions de pixels.

En savoir plus: Fuji Film


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur