Fujitsu Siemens ferme la porte à Solaris sur Intel

Cloud

Le constructeur a retenu une architecture Sparc pour sa nouvelle gamme de serveurs équipés du système d’exploitation Solaris.

L’initiative des industriels visant à porter Solaris sur les puces Intel est devenue lettre morte la semaine dernière avec la désaffection de l’un de ses principal promoteur, Fujitsu-Siemens. Le constructeur a en effet présenté une nouvelle gamme de serveurs Solaris équipés d’un à huit processeur Sparc. Alors que d’autres industriels (Hewlett-Packard, SGI) ont sonné l’arrêt de mort des composants de type RISC pour se tourner vers l’Intel IA-64, il est apparu que les retards continuels et le manque de confiance dans la nouvelle technologie d’Intel donnera un second souffle aux systèmes RISC, dont le Sparc est l’un des fer de lance. Fujitsu Siemens prévoit de lancer des serveurs Solaris-Sparc à 32 puis 64 processeurs à la mi-2000.

Pour en savoir plus : http://www.fujitsu-siemens.com/


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur