Fukushima : Google Street View témoigne du no man’s land

Régulations
google-street-view-fukushima-visite-virtuelle-japon

Visite virtuelle de la ville fantôme de Namie-Machi située dans la préfecture de Fukushima après la catastrophe nucléaire au Japon. Poignant.

Google Street View propose à sa manière de se souvenir du terrible accident nucléaire de Fukushima au Japon après un tremblement de terre et un tsunami (11 mars 2011).

Plus de 21 000 habitants ont dû fuir la ville.

Une équipe dans une Google Car a pu se rendre dans la ville fantôme de Namie-Machi située dans la préfecture de Fukushima le long de la côte Pacifique.

Une excellente initiative pour montrer l’étendue des dégâts.

“Une ville, toujours inaccessible à ses anciens résidents deux ans après la catastrophe, reste dans un piètre état”, selon Gizmodo.

A travers une contribution sur le blog de Google Maps en date du 27 mars, Tamotsu Baba, maire de Namie-Machi, apporte un témoignage poignant.

Google Maps monte les sommets
On peut critiquer légitimement Google pour des abus via Google Street View mais certaines de ses initiatives sont quand même remarquables. Depuis peu, Google Maps propose des images panoramiques de 4 des 7 plus hautes montagnes du monde : l’Aconcagua (Amérique du Sud), le Kilimandjaro (Afrique), le mont Elbrouz (Russie) et l’Everest (Asie). Ces images ont été capturées grâce à un simple appareil photo numérique monté sur pied et doté d’un objectif Fisheye, tel que celui utilisé pour la “Visite virtuelle pour les Pros”.

Quiz : Etes-vous au point sur la réalité augmentée ?

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur