G4 : la nouvelle arme fatale du Pentagone

Mobilité

Un spot publicitaire diffusé sur le Net met en scène le rutilant Power Mac G4. Arguant d’une capacité de calcul d’un milliard d’opérations en virgule flottante par seconde, le film transforme avec humour l’ordinateur en arme hautement stratégique aux yeux de la Défense américaine. Le Pentium, lui, est relégué aux oubliettes.

Apple US propose sur son site le film publicitaire consacré au Power Mac G4 et actuellement diffusé à la télévision aux Etats-Unis. Cette fois encore, la firme à la pomme mise sur l’humour -au détriment d’Intel- pour présenter les performances de son ordinateur, devenu si puissant que la Défense américaine rechigne désormais à le confier à n’importe qui ! En effet, Apple assure que son nouveau modèle n’a pas été autorisé à la vente dans certains pays. Les amateurs de clins d’oeil peuvent donc aller sans crainte consulter le spot diffusé en QuickTime 4. Pour les non-anglophones, le texte du commentateur en voix off explique ceci :

“Pour la première fois dans l’histoire, un ordinateur personnel a été classé en tant qu’arme stratégique par le gouvernement américain. Avec une puissance de calcul d’ un milliard d’opérations à la seconde, le Pentagone veut s’assurer que le nouveau Power Macintosh G4 ne tombera pas entre de mauvaises mains. Quant au Pentium? eh bien, il est inoffensif”.

Et en effet, il semblerait que les chiffres donnés par Apple donnent la supériorité au G4 sur le Pentium III. Ainsi, le constructeur assure que son “supercalculateur” permet de faire tourner les applications professionnelles comme Photoshop deux fois plus vite en moyenne qu’à l’aide d’un Pentium III cadencé à 600 MHz. “Le G4 est significativement plus rapide que n’importe quelle plate-forme que nous avons vu faire tourner Photoshop 5.5”, confirme John E. Warnock, Pdg d’Adobe.

Apple renchérit en expliquant que certains filtres de Photoshop, dont le constructeur donne la liste, sont jusqu’à 4 fois plus rapides sur le G4. La firme explique que sa machine accélère le traitement de calculs mathématiques tels que les courbes de Gauss, les jeux d’éclairages ou les transformations d’images (rotation par exemple).

Il est vrai que le processeur, assisté en standard d’un accélérateur graphique ATI Rage 128 bits, peut traiter des données au format 128 bits grâce à sa nouvelle unité Velocity Engine. Pas moins de 164 nouvelles instructions SIMD (Single Instruction Multiple Data) auraient été intégrées pour accélérer le transfert et le traitement des informations, en effectuant la même opération simultanément sur plusieurs blocs de données. En outre, le processeur recèle un bus interne à 100 MHz dont la bande passante de 800 Mbps serait trois fois plus large que sur le G3. Evidemment, les prix sont en conséquence (voir édition du 1er septembre 1999).

Certes, il faudra attendre les premiers bancs d’essais indépendants pour confirmer tous ces résultats. Apple est de toute façon serein : selon lui, la limite théorique des performances du G4 atteint?4 Gigaflops.

Pour en savoir plus :

* http://www.apple.com (US)

* http://www.apple.fr


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur