Galaxy Note7 : les bonnes résolutions de Samsung

MobilitéSmartphones
note7-2017

Samsung aurait des révélations à faire sur l’origine du problème qui a frappé le Galaxy Note7. Les dernières hypothèses font état d’un design trop fin.

En saura-t-on bientôt plus sur le pourquoi du Galaxy Note7 ?

D’après le quotidien sud-coréen JoongAng Ilbo, que cite Reuters, Samsung aurait des révélations à faire ce mois-ci à propos de sa phablette, sujette à des surchauffes pouvant entraîner des dégagements de fumée, des explosions, voire des combustions… et des départs d’incendie.

Officiellement, le groupe high-tech n’a toujours pas cerné l’origine du problème, malgré la mobilisation de centaines d’employés.

Ces derniers ont été invités, dans le discours de début d’année de Kwon Oh-hyun, à « améliorer les processus de fabrication et le contrôle qualité ». Et le CEO de Samsung Electronics d’ajouter, à quelques jours du CES : « Nous ne devons faire aucun compromis sur la qualité de nos produits ».

D’abord « limitée », puis suspendue jusqu’à nouvel ordre, la production du Note7 avait été définitivement arrêtée le 11 octobre 2016. À cette même date, le programme de rappel lancé quelques semaines plus tôt avait fait l’objet d’une extension à tous les partenaires de Samsung, sur l’ensemble des marchés de commercialisation du smartphone.

En septembre, à l’ouverture dudit programme, Samsung avait évoqué une erreur de production de l’un de ses fournisseurs de batteries ; en l’occurrence, la branche Samsung SDI. L’Agence coréenne pour la technologie et les standards (KAST) avait rendu la même conclusion, ayant décelé un problème de protection de l’anode et un risque de court-circuit.

Pour un peu moins d’espace

Le recours à un autre fournisseur n’ayant pas changé la donne, Samsung avait évoqué, en octobre, une « combinaison de facteurs », sans fournir plus de détails.

Depuis lors, certains ont évoqué un souci avec le SoC (puce principale, qui réunit processeur et circuit graphique). Plus récemment, la société Instrumental, qui propose aux industriels d’identifier les défauts de conception de produits, a pointé du doigt un design trop fin.

La batterie ne disposerait pas de l’espace nécessaire pour se dilater sous l’effet de la circulation des ions entre les électrodes. La compression étant trop importante, l’isolant polymère placé entre l’anode (pôle négatif) et la cathode (pôle positif) ne joue plus son rôle. S’ensuit alors un phénomène d’emballement thermique.

Les analystes s’accordent sur l’importance, pour Samsung, d’identifier et de révéler l’origine du problème dans l’optique de regagner la confiance des consommateurs.

Les derniers résultats trimestriels de la branche Samsung Electronics ont suffi à illustrer le poids du fiasco sur les comptes : – 7,5 % de chiffre d’affaires d’une année sur l’autre, dont – 15 % – et un résultat d’exploitation tout juste positif – pour le segment « IT & Mobile Communications », qui comprend l’activité smartphones.

À plus long terme, il faudra surveiller l’issue des actions collectives qui ont émergé entre les États-Unis et la Corée du Sud, principaux lieux de vente du Galaxy Note7. Les griefs sont variés, allant jusqu’à dénoncer le « choc psychologique » qu’ont subi les consommateurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur