Gartner accueille froidement la lettre ouverte de BlackBerry

Régulations
blackberry-gartner

Destinée à rassurer les entreprises, la lettre ouverte publiée ce 15 octobre par BlackBerry n’a pas convaincu les analystes de Gartner, qui anticipent toujours une extinction progressive de l’offre du Canadien.

Ce 15 octobre, BlackBerry s’adressait, dans une lettre ouverte, à sa clientèle professionnelle, pour la rassurer sur l’avenir de ses solutions mobiles.

En diffusant ce message en pleine page dans les principaux journaux de la planète, le constructeur canadien cherchait à clarifier sa situation sans passer par le filtre de la presse, afin de ‘rétablir la vérité’.

Thorsten Heins, principal dirigeant de la société depuis janvier 2012, évoquait “une période délicate”, mais assurait “mettre en place tous les changements nécessaires”, parmi lesquels un plan de restructuration visant à réduire les dépenses de l’ordre de 50%.

BlackBerry déclarait en outre n’avoir aucune dette, disposer d’une trésorerie substantielle (2,6 milliards de dollars), et mettre toujours autan l’accent sur la sécurité dans ses solutions, tant au niveau des terminaux que du réseau de communications.

La société de Waterloo a aussi fait preuve d’ouverture ces derniers temps, en supportant les plates-formes Android et iOS sur son serveur de gestion des terminaux (depuis la version BES 10 laquelle évolue vers le cloud) et, prochainement, sa messagerie (BBM).

Mais ses ventes de terminaux connaissent un fort recul depuis plusieurs années.

Un ralentissement d’activité qui s’est traduit par une perte de 900 millions de dollars au cours du 2e trimestre fiscal 2014, achevé le 30 septembre dernier.

Si bien que le message a du mal à convaincre. Les analystes y restent tout particulièrement insensibles. Chez Gartner, on table toujours sur une extinction progressive de l’offre.

Et l’on recommande par là même aux entreprises de reporter leurs projets de mobilité sur d’autres plates-formes.

Vice-présidente du cabinet d’analyse, Monica Bassi a confirmé cette position avant-hier dans le cadre de son intervention au SAP Mobile Forum de Paris.

S’adressant aux organisations qui s’interrogent sur la stratégie à adopter pour intégrer la mobilité dans leur fonctionnement, elle a notamment déclaré sans ambages “qu’il y a trois plates-formes sur lesquelles vous devrez vous appuyer : Android, iOS et Windows Phone”.

Exit Blackberry, donc, longtemps réputé pour sa présence majoritaire au sein des entreprises, comme le rappelle Silicon.fr.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les enseignes du high-tech en France ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur