Gartner identifie les dix ‘technos clés” pour les trois prochaines années

Cloud

Virtualisation, Web oriented architectures, Business Process Modeling… L’institut d’études américain recense les technologies à l’influence croissante.

A l’occasion du Symposium ITxpo qui s’est déroulé du 7 au 12 octobre à Orlando en Floride (et en amont du prochain séminaire Gartner qui se déroulera du 4 au 8 novembre 2007 au Palais des Festivals de Cannes), Gartner a présenté une étude sur les dix technologies sur lesquelles il faudra compter dans les trois ans à venir.

La liste de ces technologies, aujourd’hui des outils de niches, est très hétéroclite : gestion des données de référence, recombinaison de composants, virtualisation de nouvelle génération, applications composites, web services et architectures WOA, modélisation des procédures, “Real World Web”, communication unifiée, outils sociaux et gestion écologique du système d’information.

Compte tenu de l’importance croissante de la réglementation en matière d’environnement, Gartner estime que la problématique de la gestion énergétique des technologies informatiques, notamment celles liées à l’hébergement des données, sera un thème porteur dès 2008. Faibles consommation énergétique et émission de chaleur, réductions de l’utilisation de substances nocives et de métaux, les entreprises devront s’équiper d’outils respectueux et atteindre un Bilan Carbone* convenable. Récemment, Gartner avait diffusé un autre rapport alarmant sur le thème des émissions de CO2 émises par les centres de données.

L’apport de la virtualisation

Des technologies comme la virtualisation et la recombinaison des composants (ou computing fabric) pourraient aider les entreprises à améliorer leur Bilan Carbone. Quels avantages en tirer ? Gartner en recense plusieurs : flexibilité des infrastructures informatiques, mutualisation des ressources, optimisation du nombre de serveurs dédiés, externalisation de l’hébergement…

Mais le cabinet d’études y voit quelques conditions : la virtualisation devra évoluer en apportant plus d’automatisation et de services pour devenir l’une des technologies phares des prochaines années. Quant à la recombinaison des composants, il s’agit d’une technologie encore peu usitée, même si elle existe depuis longtemps.

Evolution de la grille informatique (grid computing), la recombinaison permet d’adapter la configuration d’un matériel à une tâche, puis, une fois celle-ci terminée, de changer les composants de place afin de l’adapter à la suivante. Cela nécessite toutefois une standardisation, ou tout au moins une certaine interopérabilité.

“Everything as a service”

Alternative à l’hébergement des données, place à l’externalisation des processus. Parmi la liste des technologies en forte croissance l’année prochaine, Gartner a identifié le mash-up et les architectures orientées Web, ou WOA. Elles sont toutes deux assez similaires et fonctionnent sur la même base : des protocoles standards que tout système d’information intègre nativement (comme le XML ou Java).

Leur usage est tout autant similaire : un processus métier appelle à distance un Web service grâce auquel il aboutira à un résultat. Cela peut être un service cartographique, un traducteur linguistique, un contrôle de cohérence d’une donnée, etc. Que ce soit à l’intérieur même d’une application composite (soit 80% des applications en 2010 selon Gartner) ou via une solution en mode ASP, l’appel à un processus externe a connu en 2007 une forte croissance qui devrait se confirmer à moyen terme.

Gartner caractérise ce nouvel usage des applications par “Everything as a service”, référence à Salesforce.com, le grand spécialiste de l’application à la demande. Mais l’institut américain va plus loin : les applications et les informations ne sont qu’une partie du “on demand”. Infrastructure, système d’exploitation, middleware, modules applicatifs, outils de gestion, tout sera disponible à distance via un navigateur Web.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur