Gateway relance ses activités en France

Mobilité

Après une restructuration, le fabricant américain de PC revient dans l’Hexagone. Il propose une nouvelle gamme d’ordinateurs grand public.

(Modification 26/04/06 à 13h45) Les plus âgés d’entre nous se souviennent bien de son logo en noir et blanc représentant une vache. Le logo de Gateway a évolué. Il se limite désormais à un carré tacheté de noir, très reconnaissable. “Notre logo passait très bien auprès du grand public mais il était moins apprécié des entreprises”, explique Ed Fisher, responsable des opérations commerciales de Gateway à l’international. Et l’évolution ne se limite pas au marketing. “Gateway n’est plus du tout la même société aujourd’hui”, insiste-t-il. Créée en 1985 aux Etats-Unis, la firme a été contrainte de fermer une à une ses principales implantations internationales en 2000 et 2001 pour se recentrer sur le marché américain (voir édition du 9 août 2001).

Jusqu’en 2004, Gateway s’est concentré sur son retour à la rentabilité. Le constructeur occupe aujourd’hui la troisième place en termes de parts de marché aux Etats-Unis, derrière Dell et HP (tous types de PC confondus). Il emploie 16 000 personnes dans le monde, avec un chiffre d’affaires de près de 4 milliards de dollars. Gateway a par ailleurs racheté eMachines en mars 2004, un constructeur américain de PC d’entrée de gamme. Les deux marques Gateway et eMachines subsistent, la première étant dédiée aux PC haut de gamme et la seconde aux produits d’entrée de gamme.

“Notre business model est prêt, nous sommes capables détendre notre présence à l’international”, se réjouit Ed Fisher, avant d’ajouter que cette expansion sera “limitée au marché grand public car il est pour l’instant difficile de gérer de multiples canaux de distribution”. Depuis 2005, le groupe s’est implanté à nouveau au Royaume-Uni et il a recruté Jean-Michel Luquot (un ancien salarié dApple) pour diriger sa nouvelle filiale française.

Deux nouveaux PC fixes spécialement conçus pour le marché français

La firme lancera un PC portable sur le marché français prochainement. Dans l’immédiat, elle propose un premier PC Gateway GT5016f/GT5018f doté d’un châssis BTX (successeur de l’ATX autorisant un refroidissement plus efficace), d’un disque dur de 200 Go et d’un processeur Dual Core AMD. Son prix public recommandé est de 729 euros. Le second modèle (eMachines E3024/E3026) comprend un processeur AMD (Sempron 3100+) et un disque dur de 160 Go. Son prix sera d’environ 399 euros.

Les PC Gateway distribués en France sont fabriqués en République Tchèque et en Chine. “Notre structure de coûts nous offre la possibilité dêtre très agressif sur les prix”, explique Ed Fisher. Il se déclare confiant que cette capacité à offrir des produits très bons marché lui permettra de rivaliser avec d’autres acteurs qui viennent ou s’apprêtent à revenir sur le marché grand public français, comme Maxdata (voir édition du 30 janvier 2006) et Philips.

Autre axe de différenciation : la société entend mettre l’accent sur son service client, par e-mail, par messagerie instantanée ou par téléphone. Elle a pour cela déjà recruté des salariés francophones dans son centre d’appels de Dublin.

Dans l’Hexagone, les produits de Gateway étaient autrefois distribués à la Fnac et dans ses propres points de vente. Depuis peu, ils sont disponibles chez But et Darty et d’autres accords de distribution pourraient suivre.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur