Gemalto-Orange-RATP-SNCF lancent Wizway : un quatuor pour la mobilité sans contact

Gestion réseauxM2MMobilitéOpérateursRéseaux
wizway-joint-venture-mobilite-sans-contact
4 227

Ce consortium industriel a créé la co-entreprise Wizway dédiée aux e-billets dans les transports en commun. Avec quel levier ? Le smartphone compatible NFC (sans contact).

C’est un consortium qui allie transports, mobilité et sécurité numérique.

Gemalto, la SNCF, la RATP et Orange viennent d’annoncer la création de Wizway Solutions, une joint-venture dédiée au développement de la mobilité sans contact.

Signe que le projet franco-français est ambitieux : tous les top managers des groupes concernés* étaient présents à la présentation du concept qui vient de se dérouler près des Champs-Elysées à Paris.

Le projet du consortium est ambitieux : proposer une plateforme universelle de dématérialisation des tickets de transports. Quel que soit le moyen de transport commun emprunté et quelle que soit l’Autorité Organisatrice de Transport.

Quelle est la voie d’usage privilégiée de Wizway Solutions ? Le sans contact sur les smartphones.

Dans ses grands principes, le voyageur équipé d’un téléphone compatible NFC pourra acheter les titres de transport dont il a besoin (billets à l’unité, abonnements, etc.) via l’application de son transporteur ou de son AOT.

Les données les plus sensibles seront stockés dans la carte SIM du smartphone « de manière sécurisée ». Ce sera très pratique pour effectuer le voyage : le client présentera son téléphone devant les bornes d’accès pour valider le trajet à effectuer.

Petit bonus malin : le système de billet dématérialisé marche aussi lorsque vous n’avez pas de connexion à un réseau ou lorsque votre téléphone est déchargé ou éteint.

Olivier Piou, Directeur général de Gemalto, a insisté sur l’apport de la part de la norme internationale de billettique sans contact Calypso (déjà exploité pour les passes Navigo).

Au nom des groupes de transports en commun, Elisabeth Borne (Présidente-Directrice générale de la RATP) et Guillaume Pepy (Président du Directoire SNCF) se sont félicités de l’universalité de la future solution qui reste à expérimenter à une grande échelle en vue d’une généralisation prévue à moyen terme.

La plateforme sera mise à disposition des transporteurs en 2016 « en vue d’un déploiement grand public en 2017 ».

Peut-on atteindre un déploiement au niveau national ? Ce serait l’idéal mais il faut convaincre toutes les parties prenantes à commencer par les fameuses AOT. Et les services sans contact demeure encore très granulaires sur le territoire.

On pense en premier lieu au rôle décisif que pourrait jouer le STIF qui supervise les systèmes de transport en commun en Ile-de-France. Mais les protagonistes du projet Wizway Solutions se sont refusés à donner une échéance pour le déploiement opérationnel d’un dispositif en région francilienne.

Le STIF suit le projet avec attention mais il doit encore préciser sa position sur ce vaste projet de billettique dématérialisé qui fait la promotion du sans contact.

L’angle retenu par  Wizway Solutions – l’exploitation du NFC par les smartphones – ravit Stéphane Richard. Le groupe télécoms qu’il préside explore le potentiel du NFC depuis dix ans.

Et la base de terminaux déployés en France est désormais confortable pour envisager une adoption rapide par les usages. On recense 8 millions de terminaux NFC en circulation en France.

Stéphane Richard n’a pas manqué de souligner que d’autres opérateurs « collègues » suivent le projet Wizway avec attention. Des représentants de SFR et Bouygues étaient présents dans la salle.

Après deux ans de projet, la co-entreprise Wizway Solutions vient tout juste d’être créée. Elle disposera d’une équipe d’une quinzaine de personnes pour démarrer.

On parle d’un montant d’investissement consenti de quelques « millions d’euros » selon Olivier Piou.Ce qui paraît vraiment peu pour un projet de cette envergure de plateforme à vocation universelle qui a démarré il y a deux ans.

wizway-joint-venture-mobilite-sans-contact
De gauche à droite : Stéphane Richard (Président-Directeur général d’Orange), Guillaume Pepy (Président du Directoire SNCF), Elisabeth Borne (Présidente-Directrice générale de la RATP) et Olivier Piou (Directeur général de Gemalto) assis à côté du modérateur.

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur