Générations Android : du marshmallow au cheesecake ?

MobilitéOS mobiles
android-new-york-cheesecake
2 0

Google semble attribuer, en interne, le nom de code « New York Cheesecake » à la prochaine version majeure d’Android. Mais quel sera le nom définitif ?

Une variante du cheesecake avec une crème plus riche et dense, souvent nappée d’un coulis de fruits rouges* : c’est l’image qu’évoque le nom de code associé à la prochaine version d’Android.

Google ne semble pas déroger à la règle – désormais bien établie – qui veut que chaque mouture de son OS mobile fasse référence à un dessert ou à une friandise.

Dans le cas présent, il s’agit du « New York Cheesecake ». C’est tout du moins ce qu’on peut supposer en consultant le site Web dédié à l’Android Open Source Project (AOSP) : y figure la mention « nyc-dev »…

Cette appellation utilisée en interne ne sera sans doute pas le nom définitif d’Android N. À l’exception notable d’Ice Cream Sandwich (4.0), la marque commerciale a toujours tenu en un seul mot avec, dans l’ordre chronologique, Cupcake (arrivé après Alpha et Beta), Donut, Eclair, Froyo (pour « Frozen Yogurt »), Gingerbread, Honeycomb, Ice Cream Sandwich, Jelly Bean, KitKat, Lollipop et Marshmallow.

Une politique de nommage qui réduit nettement le nombre de possibilités. Si on ne peut exclure le nougat, à la rigueur les nuggets, voire les nonpareilles (perles de sucre décoratives), c’est le Nutella qui tient la corde.

Dans l’absolu, c’est une marque. Google aurait donc à passer, avec Ferrero, un accord tel celui noué avec Nestlé autour de KitKat, que l’on avait connu sous le nom de code « Key Lime Pie » (tarte au citron vert).

En 2014, on avait eu droit à « Lemon Meringue Pie » (tarte au citron meringuée) pour Android L, finalement appelé Lollipop à sa sortie au mois d’octobre. Concernant Android M, il avait d’abord été appelé « Macadamia Nut Cookie » (gâteau aux noix de macadamia). Pressenti pour choisir « Milkshake » ou « M&Ms » auprès du grand public, Google avait finalement choisi Marshmallow.

Cette version d’Android, lancée à l’automne, a apporté la prise en charge de l’USB Type-C, la reconnaissance native des lecteurs d’empreintes digitales, le service Google Now on Tap ou encore le mode Doze, qui consiste à faire hiberner les applications quand le terminal est immobile.

Android N (numéroté 7.0 selon les derniers pronostics) devrait introduire le multifenêtrage déjà adopté par Apple et Microsoft. On peut aussi attendre des améliorations pour Android Wear… et pourquoi pas Android TV, tout comme d’éventuelles jonctions avec Chrome OS et des initiatives dans l’Internet des objets.

On en saura plus lors de la Google I/O, rendez-vous annuel des développeurs qui se tiendra cette fois-ci à Mountain View, du 18 au 20 mai, dans une salle pouvant accueillir 22 500 personnes.

Une disponibilité est attendue « au cours de l’été », comme l’a affirmé Hiroshi Lockheimer, qui pilote l’activité Android et Chrome OS chez Google.

* Selon la recette proposée par la BBC…

Crédit photo : Elena Demyanko – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur