Géolocalisation : Facebook Places sous le signe du business

Cloud

40% des membres de Facebook utiliseraient la version mobile du service. Le réseau social compte exploiter la géolocalisation pour générer des nouvelles sources de revenus.

Au cours d’une session spéciale mobilité organisée à San Francisco, Facebook a fait le point sur ses développements dans ce domaine.

Sur un base de 500 millions de membres, 200 millions d’utilisateurs visiteraient déjà le réseau social à un rythme fréquent depuis un smartphone.

L’essor est impressionnant : + 207% de membres conquis en un an par la déclinaison mobile (sur une base globale de membres Facebook également en plein boom).

D’autres groupes Internet comme Google ou Yahoo montent également en puissance dans les services accessibles depuis les smartphones.

Son fondateur Mark Zuckerberg dirige les projecteurs sur Facebook Places, son service de géolocalisation rattaché à la plate-forme communautaire disponible pour les smartphones sous Google Android.

Un service encore frais : il est arrivé en France fin septembre (sous le regard vigilant de la CNIL) après un premier jet de lancement effectué aux Etat-Unis, Japon et Royaume-Uni.

Facebook compte s’appuyer pour contrecarrer la montée en puissance de son “coopétiteur” Foursquare (mi-partenaire, mi-concurrent). Une start-up que la plate-forme communautaire voulait racheter pour 125 millions de dollars.

Facebook Places a pour objectif de développer des services de géolocalisation à destination de ses membres (pratique pour savoir quels amis se trouvent éventuellement proches d’un lieu physique de rencontre par exemple).

Une version iPhone de Facebook Places est en cours de développement.

Mais le réseau social vise déjà le business en proposant à des enseignes marchandes de pousser des promotions à travers la version mobile de Facebook associée à la géolocalisation.

Aux Etats-Unis, 22 partenaires se sont déjà manifestés dont Macy’s, American Eagle Outfitters, the Palms casino de Las Vegas ou Gap qui lance prochainement une opération évènementielle (10 000 jeans gratuits), selon Reuters.

A partir des smartphones, Facebook veut également faciliter le réflexe single-sign on (identification unique multi-plate-formes) avec son réseau de sites partenaires, notamment Groupon, une autre start-up associant géolocalisation et m-commerce (également à classer dans la catégorie “coopétiteur”).