Gestion du parc informatique : Dell veut caser son KACE dans les PME

Cloud

La gestion des systèmes informatiques dans les PME peut être compliquée. Dell leur propose KACE, son outil de gestion de parc informatique, disponible en français.

Dell a lancé ce 19 octobre la version française de son produit KACE. L’interface, la formation, le support : tout est localisé.

KACE est un outil de gestion de parc informatique orienté moyenne ou grosse PME.

Les atouts que Dell affirme avoir sur la concurrence (SCCM de Microsoft, LANDesk, Altaris de Symantec…), c’est sa totale absence de coûts cachés (formation, support… tout est inclut dans le prix de base), la simplicité d’utilisation, son utilisation possible depuis Internet, et son approche résolument multi-plate-forme.

KACE se compose des “appliances” K1000 et K2000, appareils à brancher sur le réseau d’une entreprise, complétés par un logiciel à installer sur chaque ordinateur du réseau (“l’agent”). KACE intègre VMware d’origine, et peut également être acheté sous forme virtuelle.

Selon Dell, qui a présenté le produit ce 19 octobre, il suffit de brancher le K1000 sur le réseau, et il se charge de découvrir seul les ordinateurs connectés où l’agent est installé, de dresser l’inventaire du matériel disponible (écrans, imprimantes, etc…) et des logiciels installés.

En quelques heures le gestionnaire de système informatique est opérationnel, et la PME peut s’attaquer à la configuration de son réseau.

69% des clients déploient en moins d’une semaine“, assure Dell, selon les chiffres d’une “enquête interne“. De la même source, “62% des clients ont un ROI positif en moins de six mois“.

L’interface se veut aussi simple que possible, et “ne vous demande jamais d’entrer des lignes de codes sur une console“, nous précise James Meakin, brand manager de KACE.

Pas besoin de compétences très spécialisées pour l’utiliser donc, bien que KACE restera plus accessible à des administrateurs réseaux qu’au commun des mortels.

Mais grâce à la formation via Internet (par la plate-forme WebEx de Dell) qui peut être suivie “en à peine 4 heures” et au support technique toujours disponible, l’apprentissage du fonctionnement de la solution est rapide, nous assure un des clients de KACE, iPanema Technology.

En pratique, tout se forme autour de “briques” à assembler.

Pour installer un programme, par exemple, il faut créer une brique regroupant l’installeur et les éventuels changements à faire dans le registre (si c’est une installation Windows). Les programmes des grands éditeurs – Microsoft, Adobe… – sont disponibles par défaut.

Ensuite, vous pouvez placer (par simple “glisser – déposer”) cette brique dans le processus d’installation des nouveaux ordinateurs, ou l’utiliser pour vérifier que le logiciel est bien installé sur chaque ordinateur et l’y ajouter le cas échéant.

Les opérations permises par le K1000 incluent l’inventaire, la prise de contrôle à distance, la distribution d’application et de leurs mises à jour, la désinstallation de programmes, la gestion des licences, et autres fonctions de base.

Le K2000 est optionnel et s’ajoute au K1000. Il gère en particulier le déploiement et la migration des systèmes d’exploitation. Il permet ainsi la création d’images des OS utilisés, et la mise en place de “masters” permettant de facilement installer un système entier avec toutes ses applications et configurations.

Si l’entreprise achète des ordinateurs Dell, il peut même envoyer ses” masters” directement aux usines du constructeur, qui lui livrera des PC immédiatement prêts à fonctionner.

KACE gère les ordinateurs sous Windows, Mac et Debian. Ubuntu et les OS mobiles iOS et Android devraient être ajoutés à la liste début 2012.

L’appliance révèlera cependant toute l’étendue de sa puissance aux entreprises entièrement équipées d’ordinateurs Dell.

Il peut dans ce cas automatiquement récupérer mises à jour, pilotes et patch des ordinateurs, suit les dates de garantie et, comme déjà mentionné, permet l’envoi des “masters” directement à l’usine Dell.

Le ticket d’entrée est de 10 000 euros pour le K1000, avec 1 an de maintenance et la formation WebEx. Pour avoir le K2000 en sus, il en coûtera 15 000 euros minimum.

Ces tarrifs incluent 100 licences de poste. Chaque poste supplémentaire coûte 25 euros, mais les grands comptes peuvent obtenir des tarifs illimités.

(lire la suite de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur