Gilles Babinet et l’Institut Montaigne plaide pour un “New Deal” numérique en France

Régulations
institut montaigne numerique

A travers son rapport “Pour un “New Deal” numérique” publié par l’Institut Montaigne, Gilles Babinet met en avant 10 propositions destinées à combler le retard numérique de la France.

L’Institut Montaigne vient de publier un rapport intitulé « Pour un « New Deal » numérique », dont l’auteur n’est autre que Gilles Babinet, ancien président du CNNum et « digital champion » chargé de représenter la France devant les instances de l’UE dans le cadre de l’élaboration de la stratégie numérique européenne.

Il présente dans ce rapport 10 propositions visant la mise en œuvre de diverses actions et mesures pour faire du numérique en France un véritable facteur de croissance et de compétitivité, renforcer les investissements dans nos entreprises technologiques et favoriser la création d’un écosystème favorable à l’innovation et au développement industriel.

Gilles Babinet souhaite ainsi installer un vrai réaménagement de l’environnement économique et fiscal dans le secteur du numérique français, en facilitant l’accès au financement des entreprises françaises dès la phase d’amorçage via la création d’un statut d’entreprise de croissance afin d’offrir une fiscalité dérogatoire et simplifiée pour les entrepreneurs, les investisseurs et les salariés.

Il suggère aussi la mise en place de réseaux d’entreprises françaises à l’international et d’encourager la mobilité des acteurs tout en concentrant et priorisant les pôles de compétitivité autour des points forts de la France : l’aérospatial, le big data, les biotechnologies ou encore l’écologie industrielle.

Ce rapport préconise également de lancer un portail d’applications dans le cloud pour les PME.

Mais le numérique se met aussi à destination de l’action publique, qui offre un véritable potentiel de transformation de l’administration, grâce notamment l’open data.

Toutefois, bien des freins subsistent : le contexte de crise budgétaire, une culture de la défiance et une organisation trop hiérarchisée.

L’ex-président du CNNum propose alors de former les élus et les fonctionnaires au numérique, de mettre l’open data (ouverture des données publiques) « au service de l’action publique et de développer l’identité numérique des citoyens ».

Le tout sans oublier de rationaliser le développement des outils numériques dans les collectivités locales.

Pour Gilles Babinet, l’action publique doit, pour être efficace et compétitive, se concentrer sur le développement du numérique dans “deux domaines d’excellence prioritaires” : l’éducation et la santé.

Dans ce sens, le rapport « Pour un « New Deal » numérique » suggère de favoriser l’expérimentation du numérique à l’école et évaluer son impact sur les résultats des élèves et d’encourager la formation de main d’œuvre qualifiée dans le domaine du numérique.

IL s’agitait par ailleurs de faire du secteur de la santé et de la dépendance une priorité pour le numérique, en décloisonnant le système d’information de la santé et en garantissant la mutualisation des informations des patients.

Le DMP (Dossier Médical Personnel) est ainsi remis sur le devant de la scène, en en faisant par exemple un outil d’échange communiquant avec les logiciels déjà en place.

————————————————————————————

Quizz : Etes-vous incollable sur Skype ?

 

 

Crédit image : Copyright Victor Soares-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur