Gilles Billet (Ifotec) : “Avec notre solution, pas besoin de nouveaux DSLAM”

Cloud

DSLFibre d’Ifotec propose une solution alternative pour amener le haut débit dans les zones blanches. Gilles Billet, PDG d’Ifotec, présente la solution pour Vnunet.fr

Ifotec (Informations sur Fibres Optiques et Technologies Electroniques de Communications) est une entreprise pleine d’avenir. La société grenobloise, qui compte des opérateurs français et étrangers parmi ses clients, devrait faire parler d’elle avec le dégroupage de la sous-boucle locale promis dans la LME (loi de modernisation de l’économie).

Ifotec propose en effet une technologie qui permet d’étendre la portée du haut débit, voire de la fibre optique, dans les zones les plus reculées du territoire tout en économisant l’investissement de déploiement de nouveaux DSLAM (collecteur de lignes haut débit). Son PDG, Gilles Billet, présente sa solution DSLFibre et le potentiel de cette dernière pour répondre aux besoins d’accès (très) haut-débit des foyers et entreprises Françaises.

Vnunet.fr : En Quoi consiste votre solution “DSLFibre”?
Gilles Billet :
Avec notre solution, il n’y a pas besoin d’ajouter de nouveaux DSLAM. Le principe est de multiplexer les lignes d’abonnés par groupes de 24 pour les transporter sur la fibre optique et les restituer à l’autre extrémité. On crée ainsi une image du DSLAM situé au NRA au sous-répartiteur et une image de chaque modem vu du sous répartiteur au NRA d’origine. Sachez au passage que le système est complètement neutre et non discriminatoire, il est donc parfaitement compatible avec le L1425-1 (du Code général des collectivités territoriales qui autorise les collectivités d’opérer des réseaux de communication, ndlr) et un financement par les collectivités qui souhaitent investir dans l’aménagement numérique de leur territoire.

Vnunet.fr : Pas besoin d’un NRA ZO dans ce cas?
G.B. :
Par rapport au NRA ZO, la solution est à la fois plus simple car elle ne comprend qu’un seul appareil mutualisé qui ne nécessite pas de configuration particulière pour tous les opérateurs et tous les services y compris triple play. Elle est également moins gourmande en énergie (1 Watt par abonné et par télé alimentation sur les paires de cuivre au lieu de  plusieurs KiloWatts pour les DSLAMs et leur ventilation), moins chère à l’installation (armoire moins compliquée, pas de batteries ni de ventilation) et donc logiquement moins chère en exploitation car il n’y a pas de maintenance. En outre, les transferts d’abonné d’un opérateur vers un autre peuvent être réalisés directement depuis le NRA d’origine.

Vnunet.fr : Toutes les zones doivent-elles être sous-dégroupées?
G.B. :
Dans une logique de réduction de la fracture numérique, il semblerait judicieux de donner une priorité aux zones non-éligibles, puis cibler des SRA (sous-répartiteur) situés à plus de 3000 mètres du NRA (répartiteurs) d’origine pour assurer une montée en débit aux utilisateurs notamment lorsqu’il s’agit de proposer des services de TV ou Vidéo sur IP. Nous pouvons bien entendu déployer notre solution en zone rurale comme urbaine.

Vnunet.fr : Votre solution se place donc en concurrence directe avec le Wimax?
G.B. :
Le Wimax est une solution destinée à l’origine au nomadisme Internet (sans TV) qui peut être utilisée pour couvrir en accès partagé des zones très peu denses  ou non équipées en réseau fixe. Notre solution vise les abonnés déjà raccordés au réseau fixe qui sont à moins de 4 ou 5 km d’un sous-répartiteur, quelle que soit la distance entre ce sous-répartiteur et le NRA d’origine. En outre, avec notre solution, tous les abonnés à moins de 2,5 km du sous-répartiteur, quelque fois même jusqu’à plus de 3 km du sous-répartiteur, sont éligibles à la réception de programme TV. Notre solution ne remplace donc pas vraiment le Wimax, même si elle paraît plus appropriée dans un certain nombre d’utilisations actuelles du Wimax.

(Interview réalisée le 24 Juillet 2008)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur