Glowria s’initie à la vidéo à la demande à Pau

Mobilité

Jusqu’ici connue comme loueur de DVD en ligne, la société a signé un accord avec l’opérateur ultra haut débit EDR-IPVSET autour de la VOD.

Les premiers partenariats dans le domaine de la vidéo à la demande “nouvelle génération” commencent à apparaître. Ainsi, Canal Plus s’est associé à Free pour proposer un espace VOD à ses abonnés (voir édition du 12 décembre 2005).

Parallèlement, un nouvel entrant commence plus modestement : Glowria, déjà connu pour son activité de location de DVD en ligne, veut également se faire une place sur ce marché. Cela fait un an que la jeune pousse affiche clairement ses ambitions d’élargir son champ d’action aux divertissements numériques dont la VOD (voir édition du 13 juillet 2005).

Pour un démarrage en douceur, il a signé un accord commercial avec EDR-IPVSET, un opérateur ultra haut débit proposant des services multiplay (Internet, téléphonie, télévision, jeux en réseau). Installé à Pau, il s’appuie sur un réseau local de fibre optique inauguré commercialement en octobre 2004.

Un fossé à combler entre les catalogues VOD et DVD

Pour l’instant, Glowria considère ce partenariat comme un “test grandeur nature” pour mesurer l’appétence des consommateurs vis-à-vis de la VOD. D’ailleurs, sa marque n’apparaît pas sur le service proposé par EDR-IPVSET. Le service, qui a ouvert ses portes fin novembre, devrait proposer un catalogue d’entre 500 et 800 titres d’ici la fin de l’année, alors que son catalogue de DVD à louer comprend quelque 8 000 titres.

“Nous signons des extensions d’accord avec les producteurs et les éditeurs pour une exploitation de leurs films en VOD à côté de celle réalisée sous forme de location de DVD”, explique Mihai Crasneanu, directeur général et fondateur du service Glowria. La jeune pousse parisienne entretient déjà des relations commerciales avec des studios comme Warner, Fox, Buena Vista et MGM. Elle a retenu la solution de gestion numérique des droits de Microsoft (Windows Media Player) pour sécuriser les contenus.

Un accord fondé sur le partage de revenus

Du côté EDR-IPVSET, le service VOD est proposé avec une facturation à l’acte. Un film ou une autre oeuvre (une pièce de théâtre, par exemple) coûte entre 2 et 4,60 euros. Mais une offre spécifique “VOD enfant” est en train d’être constituée. “L’accord signé avec Glowria repose sur un modèle de partage de revenus”, assure Didier Rembert, directeur d’IPVSET.

En l’état actuel, l’opérateur ultra haut débit local recense 8 000 abonnés à ses services multiplay. Les clients peuvent visionner les films à la demande depuis leurs ordinateurs ou leurs postes de téléviseurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur