Google acquiert Toro : plongée dans le marketing des apps mobiles

EntrepriseFusions-acquisitionsMarketingPublicitéSocial MediaStart-up
google-toro

Google met la main sur Red Hot Labs et sa plate-forme Toro qui permet aux développeurs d’applications mobiles de gérer leurs campagnes marketing sur Facebook.

Google a bouclé l’opération Toro. Le groupe Internet a acquis, pour une somme non dévoilée, cette plate-forme qui permet aux développeurs de promouvoir leurs applications mobiles sur Facebook.

Lancée en octobre 2014, cette solution marketing regroupe des outils de mise en place de campagnes, d’automatisation des budgets et de suivi des performances. Elle se fonde sur le principe de l’A/B testing : des “centaines de variantes” sont testées pour une même opération promotionnelle.

Toro tire parti des possibilités offertes par l’API Facebook Ads. Illustration avec cette fonction de ciblage basée sur les profils établis par le réseau social à partir de données démographiques et comportementales sur ses membres. Une manne que les développeurs peuvent exploiter pour viser une audience précise, par exemple celle qui se rapproche le plus de leur base d’utilisateurs actuels.

Fin 2014, la plate-forme Toro s’était enrichie de modules permettant d’évaluer diverses métriques après l’installation d’une application par un mobinaute : nombre de lancements, ouverture de comptes, chiffre d’affaires global… Autant d’éléments qui devenaient, à la même occasion, visualisables par âge, sexe ou encore type d’appareil mobile.

A l’origine de Toro, on retrouve la start-up Red Hot Labs, créée en 2012 à San Francisco. Son équipe composée d’anciens développeurs et directeurs produits exerce sous la houlette d’Amitt Mahajan, fondateur de l’entreprise aux côtés de Joel Poloney. Les deux associés s’étaient déjà distingués avec leur société MyMiniLife, qui a joué un rôle important dans le développement du jeu social FarmVille, aujourd’hui exploité par l’Américain Zynga.

Les projets de Red Hot Labs avaient retenu l’attention des investisseurs, qui y avaient injecté 1,5 million de dollars en 2013. Sur la liste figurent des pointures de la Silicon Valley comme Andreessen Horowitz, Greylock Partners, General Catalyst et SV Angel.

Sous l’ère Google, Toro semble être amené à prendre ses distances avec Facebook. Les clients actuels – dont miDrive, qui aurait réduit de 73 % ses coûts d’acquisition tout en décuplant le volume d’installations pour son application de leçons de conduite – seront servis jusqu’au terme de leurs campagnes, mais ils ne pourront pas en créer de nouvelles.

Crédit photo : Sakonboon Sansri – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur