Google adapte son outil de filtrage vidéo à la lutte contre la pornographie infantile

Mobilité

Son système est utilisé par une association américaine de lutte contre l’enfance exploitée.

En 2007, le National Center for Missing and Exploited Children (NCMEC) s’est associé à plusieurs éditeurs (Google, Yahoo, AOL et Microsoft notamment) pour développer des technologies de luttre contre la pornographie infantile. C’est dans ce cadre que quatre ingénieurs de Google viennent d’adapter la technologie de filtrage de la firme, jusqu’ici utilisée pour la détection des contenus protégés sur YouTube, à la lutte contre la pédophilie sur Internet.

La nouvelle application est utilisée par le NCMEC pour identifier les enfants sur des photos et des vidéos pornographiques. Tandis que l’association effectuent actuellement elle-même des recoupements entre des images que lui transmettent les forces de l’ordre, la solution de Google lui permet d’automatiser les recherches dans plus de 13 millions d’images et d’effectuer des recoupements sur des éléments en arrière plan (canapé, papier peint…). Elle s’appuie sur une technologie de reconnaissance des formes.

Depuis sa création en 1984, le NCMEC a transmis à la police plus de 570 000 pistes sur des cas de maltraitance et d’exploitation sexuelle. Il a été consulté pour plus de 140 000 disparitions (124 500 enfants ont ainsi été retrouvés).

Dans un billet publié sur le Google Blog, il est précisé que quatre salariés de Google ont développé la nouvelle application durant les 20% de temps libre que Google leur accorde pour travailler sur des projets annexes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur