Google AWords confronté à une arnaque de billets pour les JO de Londres

Marketing

Au Royaume-Uni, des escrocs ont exploité une faille dans la sécurité liée au service publicitaire de Google. Ils ont attiré des internautes sur un pseudo-site d’achats de billets pour des épreuves de Jeux Olympiques.

Google a toujours autant de mal à nettoyer des contenus illégaux diffusés par le biais de son réseau publicitaire AdWords.

Au Royaume-Uni, le groupe Internet a admis qu’il avait laissé la diffusion de publicité pour des sites d’arnaque.

Les Jeux Olympiques de Londres se rapprochent rapidement et des fraudeurs ont sauté sur l’occasion de se faire facilement de l’argent en revendant des vrais billets (illégal) ou des faux sésames.

Ces cyber-criminels ont trouvé un allié involontaire : Google.

TechWeek Europe UK illustre les techniques de fraude en citant le cas d’une auditrice de BBC 5.

“Liz” a contacté la radio pour apporter son témoignage : elle a acquis deux billets pour les épreuves du 1500 mètres sur le site Internet “LiveOlympic Tickets”pour 750 livres sterling (900 euros).

Elle avait atterri dessus après une recherche sur le moteur Google. “C’était une publicité sponsorisée en haut des résultats, donc nous avons pensé que c’était un site officiel de confiance.”

Cette auditrice a commencé à avoir des doutes lorsque la société présumée exploitant le site Internet a demandé d’envoyer un fax de confirmation avec signature pour compléter la transaction et obtenir les billets.

Elle n’est toujours par parvenue à récupérer le montant investi dans l’achat (virtuel) des billets.

Cité par  The Telegraph, Google décline toute responsabilité vis-à-vis des initiatives publicitaires enclenchées par des tiers.

Se protégeant derrière son statut de simple intermédiaire technique, la firme Internet se déclare incapable de contrôler toutes les annonces des entreprises qui transitent via Google AdWords.

Pourtant, la Metropolitan Police (les forces de l’ordre londoniennes) avait averti Google des risques de trafic de billets pour les JO via Internet et signalé expressement le cas frauduleux de LiveOlympic Tickets.

Mais l’annonce publicitaire sur Google n’a été supprimé qu’une semaine après…Trop tard pour Liz qui est tombée dans le piège.

Google tente de se justifier. “Nous avons un guide de règles sur ce qui est possible de diffuser comme publicité sur Google ou non“, déclare un porte-parole de Google.

Ces instructions et recommandations sont renforcées par des moyens automatiques et humaines. Lorsque nous sommes informés de publicités qui enfreignent nos règles, nous lançons une enquête et retirons les annonces si nécessaire. Récemment, nous avons supprimé plusieurs annonces publicitaires contraires aux exigences des organisateurs des JO, en collaboration avec la police.”

En août dernier, pour une histoire de trafic de médicaments entre les Etats-Unis et le Canada, Google avait été condamné à payer 500 millions de dollars à cause de la promotion illégale de produits pharmaceutiques sur AdWords pour des faits remontant à 2003.

Logo : © Yuri Arcurs – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur