Google cherche sa place dans une salle de bain connectée

Big dataData-stockage
salle-bain-connnectee-google
2 11

Google a déposé un brevet permettant à une baignoire, un miroir, une lunette de toilettes d’évaluer les systèmes musculaire, endocrinien ou cardiovasculaire de leurs utilisateurs.

Chauffage connecté, cuisine connectée, vous en avez entendu parler. Google a cette fois-ci décidé d’investir le segment de la salle de bain connectée en misant sur un domaine que la firme de Mountain View affectionne : l’e-santé.

Google a en effet déposé, fin juillet, un brevet auprès du bureau américain des brevets et des marques de commerce (United State Patent & Trademark Office) visant à déployer dans des appareils connectés dans sa salle de bain (baignoire, miroir), chargé de recueillir, d’analyser et de transférer des données liées à l’état de santé de leurs utilisateurs.

Ainsi, dans les documents accompagnants le brevet déposé, Google présente une baignoire dotée de capteurs capables de surveiller les mouvements des tissus internes de la personne prenant sa douche ou son bain. Quant au miroir mis en avant, il pourrait analyser l’évolution de la couleur de la peau du « patient » et en déduire la régularité des flux sanguins.

Sans oublier la lunette des WC, qui se targuerait, une fois les fesses posées dessus, de mesurer efficacement la pression sanguine. Le tout sans douleur et sans système invasif (exit les prises de sang…).

La salle de bain connectée vue par Google
La salle de bain connectée vue par Google

Le système connecté que concevrait Google serait en mesure d’analyser divers paramètres physiologiques en temps réel pour déterminer les éventuels problèmes de santé des utilisateurs.

Avec leur accord, la firme de Mountain View pourrait ensuite transférer toutes ces données au médecin traitant, afin de lui permettre d’avoir une vision étendue et en continue de la santé de ses patients.

(Crédit photo : Medium – Max Braun)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur