Google confie son cloud à Diane Greene

CloudEntrepriseFusions-acquisitionsStart-upVirtualisation
google-diane-greene
3 9

Cofondatrice et ex-dirigeante de VMware, Diane Greene va prendre les rênes de l’activité cloud chez Google.

Diane Greene prend du galon chez Google.

La cofondatrice et ex-dirigeante de VMware (entre 1998 et 2008) avait rejoint, il y a près de quatre ans, le conseil d’administration et le comité d’audit du groupe Internet, pour apporter son expertise en matière de virtualisation.

Celle que l’on surnomme « virtualisation queen » supervisera bientôt l’ensemble des activités cloud au sein de la multinationale. Elle sera à la tête d’une division qui réunira les équipes Google for Work, Cloud Platform et Google Apps.

Sa prise de fonction devrait intervenir avant la fin de l’année, lorsque Google aura finalisé l’acquisition de sa start-up bebop Technologies*, à l’origine d’une plate-forme de développement et de gestion d’applications en entreprise.

Selon les documents communiqués à la SEC (Securities and Exchange Commission, gendarme des marchés financiers aux États-Unis), Diane Greene quittera par la même occasion le comité d’audit. Elle laissera vraisemblablement sa place à l’investisseur américain John Doerr, qui occupe la 540e place dans la liste des hommes les plus riches au monde établie par Forbes Magazine.

Sa nomination adresse un signe fort au marché, dans la lignée des propos tenus le mois dernier par Sundar Pichai. Le CEO de Google avait, dans le cadre de la présentation des résultats trimestriels de la firme, affirmé : « Un jour, toutes les entreprises utiliseront le cloud ».

La bataille est rude sur ce segment. Google a d’ailleurs enregistré un revers notable cet été avec le départ d’un de ses principaux clients : General Electric, qui a basculé vers Office 365 pour ses quelque 300 000 employés.

La réaction ne s’est pas fait attendre : depuis quelques semaines, les entreprises qui en font la demande peuvent accéder gratuitement à Google for Work aussi longtemps qu’elles sont sous contrat avec un autre fournisseur.

* À ne pas confondre avec deux autres sociétés américaines nommées BeBop Technology (plate-forme cloud pour l’industrie des médias et du divertissement) et BeBop (capteurs électromagnétiques).

Crédit photo : solarseven – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur