Google déclare la guerre à la vente de liens

Mobilité

En guise de représailles, de nombreux sites ont vu leur classement – Pagerank – s’effondrer durant ces derniers jours.

Dans une vaste offensive contre la vente de liens, le moteur de recherche Google a décidé de pénaliser plusieurs grands sites en diminuant leur Pagerank. Le blog spécialisé SearchEngineLand a enregistré une chute importante du Pagerank de dizaines de grands sites d’information et de blogs au cours de ces derniers jours.

Le Pagerank est la formule utilisée par Google pour déterminer l’ordre d’affichage des résultats de recherche. Cette formule repose essentiellement sur le nombre de sites associés à une URL, mais elle prend également en compte d’autres facteurs. Un lien provenant d’un site qui bénéficie d’un bon classement a vraisemblablement plus de poids qu’un lien provenant d’un site de classement inférieur.

Les sites du Washington Post, de Forbes et du San Francisco Chronicle ont ainsi vu leur Pagerank reculer de façon significative, tout comme des weblogs populaires tels que Engagdet, Joystiq ou The Unofficial Apple Weblog.

Beaucoup pense que ces baisses de classement s’inscrivent dans une campagne plus large menée par Google pour lutter contre la vente de liens. Certains sites ont en effet exploité leur Pagerank pour vendre des liens comme une forme d’espace publicitaire.

Un porte-parole de Google a déclaré à vnunet.com que l’opinion du moteur de recherche sur les liens sortants d’un site pouvait jouer un rôle dans le Pagerank du site, tout en reconnaissant que d’autres facteurs pouvaient également entrer en ligne de compte dans les récents changements observés.

Si ces baisses de classement répondent à une stratégie offensive contre la vente de liens, cette manoeuvre risque de ne pas s’avérer payante pour Google. De nombreux blogueurs ont en effet affirmé que la baisse du Pagerank n’affectera pas la manière dont ils dirigent leur site.

“Google frappe une poignée de personnalités importantes, laisse le ton monter et espère que cet avertissement sera pris au sérieux par le reste de la blogosphère”, écrit Aaron Brazell, directeur technologique du réseau de blogs b5 media. “Hé bien, Google peut aller se faire voir.”

Adaptation de l’article Google coy on Pagerank smackdown de Vnunet.com en date du 28 octobre 2007.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur