Google démontre que Microsoft Bing copie ses résultats de recherche

Cloud

En mettant en place un piège, Google a réussi à prouver que Bing de Microsoft recopie les résultats de recherche proposés sur Google Search sur son propre moteur.

Toute l’histoire a démarré hier, lorsque le site Search Engine Land a publié un article choc, où les responsables de Google expliquaient que le moteur Bing de Microsoft utilisait ses résultats de recherche, rapporte Silicon.fr. Scandale en vue…

Bing mettrait ainsi à profit Google Search pour affiner la pertinence de ses résultats.

Pire : il copierait purement et simplement ceux de son concurrent lorsque sa propre base de données ne propose pas de résultats à la requête d’un internaute.

Les ingénieurs de Google ont mis en place un piège qui met en lumière la méthode utilisée par Microsoft. Ils ont choisi 100  termes inventés de toutes pièces, qui ne retournent aucun résultat, ni sur Google, ni sur Bing.

Ils ont alors inséré une nouvelle fonction dans leur moteur, chargée de renvoyer une page de résultats (là encore inventée de toutes pièces) lorsqu’un internaute saisirait l’un des termes piégés dans le moteur de recherche Google Search.

Une fois le piège tendu, la firme de Mountain View a demandé à une vingtaine de ses ingénieurs de lancer les recherches sur ces termes depuis leur domicile, sur Bing et Google et en utilisant le navigateur Web Internet Explorer.

Dans le cadre de cette expérience, les sites suggérés et la barre d’outils Bing étaient tous deux activés. Surprise : deux semaines plus tard, Bing référençait lui aussi les informations bidonnées affichées sur le site de Google.

C’est ce qui s’appelle être pris la main dans le sac ! Selon les ingénieurs de Google, lorsque le navigateur de Microsoft affiche le résultat d’une requête Google, il renvoie les informations à Bing, qui les intègrent au besoin par la suite dans sa propre base de données.

Interrogés par nos confrères de ZDNet.com, les responsables de Microsoft nient copier les résultats de Google. Ces derniers semblent toutefois avoir du mal à expliquer pourquoi les informations piégées de Google Search apparaissent dans leur moteur, même s’ils admettent que dans des cas extrêmes, ils s’inspirent des résultats des requêtes effectuées par les internautes sur d’autres moteurs de recherche, dont celui de la firme de Mountain View.

C’est bel et bien la barre d’outils de Bing qui semble être chargée de faire remonter ces informations… en toute discrétion.

Évidemment, tout ceci n’est pas du goût de Google, qui s’insurge contre ce procédé. La firme de Mountain View reste toutefois prudente quant au fait de savoir si cette méthode est légale ou non. « Pour ceux qui se demandent ce que nous pensons de tout cela, la réponse est simple : nous aimerions que ces pratiques cessent », assène tout de même Amit Singhal de Google.

Une volonté somme toute assez compréhensible. Plus de détails sur la méthode employée par la firme pour confondre son rival se trouvent sur ce billet du blogue officiel de la compagnie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur