Google filtre au delà de vos préférences

Cloud
Information - news

Les nouvelles options proposées par le moteur de recherche Google ont pour ambition d’optimiser les recherches des internautes. Mais le filtrage des sites à caractère sensible semble s’avérer un peu trop efficace…

Google offre désormais à ses utilisateurs la possibilité de personnaliser leurs préférences de recherche. Si l’on peut choisir sa langue d’affichage, celle des sites recherchés ou encore le nombre de résultats à afficher par page, il est également possible de se protéger contre le contenu à “caractère explicitement sexuel”. Pour bénéficier de cette option, il suffit de cocher l’un des niveaux de filtrage proposés dans la rubrique SafeSearch. Une option disponible dans la version américaine mais absente de la version française du site.

Excès de zèle

Une bonne idée en soi. Cependant, selon une étude effectuée par des chercheurs de Harvard et Oxford, la fonction de filtrage va bien au delà des sites Web pornographiques. La fonction SafeSearch bloque également des sites Web qui n’ont aucun contenu à caractère sexuel, que ce soit sous forme d’images ou de texte. Parmi ceux-ci, des sites gérés par le gouvernement, des institutions éducatives, des services d’informations quotidiennes, etc. Selon les scientifiques, “sur certaines recherches sensibles, SafeSearch bloque les résultats d’une façon qui semble essentiellement aléatoire”. Plus ennuyeux, le filtre bloquerait ainsi l’accès à des sites dits encyclopédiques comme, par exemple, Scholastic.com, site commercialisant des produits encyclopédiques destinés aux enfants et adolescents. Ou encore ceux des sites militant contre la pornographie.

Certes, on comprend que ce type de fonction s’appuie sur des algorithmes qui reposent eux-mêmes sur des mots et phrases clés, des adresses Internet et des services d’annuaires. Algorithmes perfectibles, donc, et parler de censure (du moins humaine) serait exagéré. Google est le premier à admettre que sa technologie de filtrage n’est pas fiable à 100 %. Mais, si l’on en croit les travaux des scientifiques, l’efficacité du filtre frôlerait plutôt les 150 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur