Google Glass : une mise à jour dans l’oeil

Mobilité
google-glass-project-lunettes-futur

Nouvelles actions contextuelles déclenchables à la voix, lecteur vidéo autonome et intégration renforcée avec Google Now sont les principaux bénéfices de la dernière mise à jour (XE8) des lunettes Google Glass.

Les quelque 10 000 “explorateurs” qui testent depuis le mois de mai la préversion des lunettes connectées Google Glass vont découvrir, d’ici quelques jours, de nouvelles applications concrètes pour ce produit dont ils sont chargés d’évaluer les usages mass market.

Il leur faudra pour cela installer la mise à jour logicielle (XE8) que Google déploie actuellement, avec à la clé plusieurs améliorations, entre synthèse et reconnaissance vocale, réalité augmentée, mais aussi photo et vidéo.

Pour mettre les lunettes en situation, il ne sera plus nécessaire de prononcer “OK Glass”. Il suffira d’énoncer directement une commande pour déclencher des actions contextuelles.

Par exemple, ajouter une fiche sur Evernote ou un statut sur le “magazine social” Path. De nouvelles commandes sont également disponibles pour la navigation.

L’autre apparition remarquée est à mettre à l’actif de ce lecteur vidéo indépendant du navigateur Web et contrôlable (lecture, pause, avance/retour rapide) via les branches tactiles des lunettes.

L’intégration se renforce par ailleurs vis-à-vis de l’assistant d’informations pratiques Google Now : aux infos trafic, météo et sportives s’adjoignent désormais les réservations d’hôtels-restaurants faites via Gmail, les horaires des prochaines séances de cinéma et les alertes d’intérêt public.

Aux images capturées avec la caméra intégrée, il est désormais possible d’ajouter une légende, éventuellement avec des hashtags. Et si Glass est connecté à un smartphone Android, les SMS apparaissent sortants sont affichés dans l’historique.

Au-delà des services implémentés de série, il est fort probable que l’on assiste à une foire d’empoigne entre les développeurs d’applications tierces.

Plusieurs indices allant dans le sens d’une place de marché dédiée baptisée “Glass Boutique” avaient effectivement été repérés dans le kit XE7 publié au mois de juillet.

Ils semblent toujours d’actualité alors même qu’officiellement, seuls des logiciels basés sur des navigateurs Web (HTML5) sont compatibles, par l’intermédiaire de l’API Mirror… à moins de contourner le système.

Le champ des possibles s’élargirait considérablement, non sans risque de dérives fantaisistes – voire glauques.

L’industrie du porno s’est déjà emparée de ce phénomène technologique comme elle l’avait fait avec les écrans 3D, et ce malgré les précautions prises par Google dans les conditions d’exploitation du produit.

La question de la confidentialité se posera d’autant plus que ces lunettes connectées, un contexte d’effervescence et d’initiatives autour de l’Internet des objets, retiennent l’attention des pirates informatiques.

Elles ont d’ailleurs récemment été infectées par une première faille critique exploitable via un code QR malveillant… avec de lourdes implications sur la vie privée, le dispositif étant capable d’enregistrer, en images et son, tout ce qui se trouve dans le champ de vision de l’utilisateur.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les secrets et astuces de Google ?

Crédit photo : Google


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur