Google Home va accepter des chatbots tiers

Mobilité
google-home-chatbots-tiers

L’enceinte connectée Google Home, qui fonctionne avec la technologie d’assistance personnelle du groupe, pourra accueillir des services conversationnels conçus par des développeurs tiers.

Google Home s’enrichit grâce à une collaboration avec l’écosystème des développeurs d’applications qui dépasse les frontières du groupe.

Actions on Google, du nom du bouquet d’API (connecteurs logiciels) pour Google Assistant, avait été dévoilé lors de la conférence Google I/O au printemps. Depuis octobre, il est exploitée en pré-version et améliore l’expérience utilisateur de l’assistant personnel intelligent car les développeurs peuvent intégrer de nouveaux services.

Et cette passerelle API pour Google Assistant a un impact sur l’enceinte connectée pour la maison Google Home désormais commercialisée. Ainsi, l’exploitation des Conversation Actions permet à des tiers de concevoir des bots qui peuvent s’intégrer dans l’appareil numérique domestique.

Si le Google Home ne sera véritablement ouvert aux développeurs tiers qu’à compter de début 2017, des partenaires d’un premier cercle ont d’ores et déjà travaillé dans ce sens. Il faut s’attendre à nouvelles « actions » (fonctions ou commandes) pour Google Home d’ici la fin de l’année.

Dans son billet de blog, Google précise bien qu’il n’est pas nécessaire d’activer une « skill » (une « commande » en référence à la gamme concurrente Echo d’Amazon) ou bien d’installer une application. L’interactivité est plus directe.

La procédure est la suivante : lorsque l’utilisateur pose une question à l’appareil Google Home, une conversation peut s’enclencher directement avec un bot tiers sans forcément passer par l’intermédiaire  de Google Assistant.

google-home-convesation-actions_a

Google donne deux échantillons de ce qui est possible avec « Ok Google, talk to Eliza », qui active un ancien chatbot ( (agent conversationnel) développé dans les années 60 par l’Artificial Intelligence Laboratory du Massachusetts Institute of Technology. Il y a aussi « Ok Google, talk to Number Genie », un jeu dans lequel il faut deviner les nombres.

La fait de développer un chatbot n’est pas trivial, Google suggère de faire appel à des plateformes de développement IA telles que API.AI (entrée dans l’escarcelle du groupe en septembre ) ou encore Gupshup.

Si les « Conversations Actions » ne concernent initialement que le Google Home, il deviendra prochainement possible d’en créer pour les smartphones Pixel (gamme Google) et l’application « maison »de messagerie Allo (qui exploitent aussi Google Assistant en coulisse).

Enfin, Google prévoit de lancer l’année prochaine « l’Embedded Google Assistant SDK’, soit un kit de développement qui permettra aux fabricants d’intégrer Google Assistant dans d’autres appareils. De son côté, Amazon avait procédé de même en proposant Alexa Voice Services (AVS) aux développeurs et aux fabricants tiers.

Vidéo d’explication des « Conversations actions » de Google (via YouTube)

(Crédit photo : @Google)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur