Google veut imposer Android par le BYOD

CloudMobilitéOS mobiles
générations Android

Pour motiver l’adoption d’Android en entreprise, Google porte son discours sur le volet sécurité, avec de nouveaux outils d’administration facilitant notamment le contrôle de conformité.

Pour faire d’Android un moteur du BYOD* et l’imposer comme une solution viable en entreprise, Google porte son discours sur la productivité et l’expérience utilisateur, mais aussi sur les fonctionnalités de sécurité à destination des administrateurs.

Illustration avec de nouveaux outils disponibles sur la console de gestion centralisée accessible à l’adresse admin.google.com.

L’écrasement des données gagne – y compris sur les médias amovibles comme les cartes SD – en granularité : sur le principe du nettoyage dit “sélectif”, il est désormais possible de supprimer des éléments relatifs à un compte Google Apps sans effacer tout ce qui se trouve sur l’appareil.

La configuration du Wi-Fi gagne quant à elle en souplesse : renseigner une seule fois, sur l’interface d’administration, le SSID et le mot de passe du réseau sans fil suffit à déclencher la connexion automatique de l’ensemble des terminaux.

Un module “Application Device Policy” permet par ailleurs de contrôler si les dernières politiques de sécurité sont bien appliquées sur l’ensemble de la flotte connectée au système d’information.

Un enjeu crucial pour Android, qui, implémenté dans 75% des smartphones (et 57% des tablettes) vendus au 1er trimestre 2013, fait son trou auprès du grand public, mais suscite encore de la frilosité au sein des entreprises.

En première ligne, ses vulnérabilités. Il concentre en l’occurrence, selon la dernière étude de Juniper Networks, 92% des menaces sur mobile, avec des logiciels malveillants de plus en plus virulents et sophistiqués.

C’est dans cet esprit que se développent des solutions MDM (“Mobile Device Management”) tel Samsung KNOX, qui cloisonne, sur le modèle de BlackBerry Balance, les environnements personnel et professionnel pour limiter les interférences entre les deux mondes.

A plus petite échelle,les smartphones Android commercialisés par Orange dans le cadre de son offre Origami Jet embarqueront de série la solution de protection de l’éditeur américain Lookout.

Ses défenses ainsi consolidées, Android est progressivement adopté par l’administration américaine. Certifié pour une utilisation sur des systèmes informatiques hautement confidentiels, il remplace, aux côtés d’Apple iOS, les BlackBerry, avec à la clé des contrats à plusieurs millions de dollars.

En France, l’adoption est plus poussive, à en croire une étude – de YouGov pour Citrix – dont les conclusions ont été rendues début juin : 74% des PME n’auraient pas déployé les solutions de sécurité adéquates pour gérer les terminaux mobiles de leurs employés.

* L’acronyme BYOD, employé pour “Bring Your Own Device”, décrit l’utilisation, par les salariés, de leurs terminaux mobiles personnels à des fins professionnelles. La nomenclature de la Commission générale de terminologie et de néologie française préconise d’y substituer l’acronyme AVEC (“Apportez Votre Équipement personnel de Communication”).

google-admin-byod

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les secrets et astuces de Google ?

Crédit illustration : Android.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur