Google noue un accord avec les éditeurs de la presse belge francophone

Cloud
taxe google

Un accord a été conclu entre Google et la presse belge francophone concernant le référencement des contenus des journaux sur le moteur de recherche. Mais aucun système de redevance ne serait à l’ordre du jour.

En France, Google est favorable à l’idée de nommer un « modérateur » pour avancer dans les discussions avec la presse française à propos de l’idée de rétribuer les articles indexés sur le moteur.

En Belgique, les choses se précisent. La firme de Mountain View et une partie de la presse belge francophone ont ainsi trouvé un terrain d’entente concernant le référencement et la rémunération des contenus de presse indexés sur le moteur de recherche.

Un accord qui met ainsi fin à des différends existant entre les deux parties depuis 2006. En effet, depuis six ans, Google et les représentants de la presse belge francophone (Copiepresse) se battaient en justice afin que le groupe Internet accepte de payer une taxe pour avoir le droit de référencer sur son moteur de recherche des articles de journaux comme La Libre Belgique ou Le Soir.

Toutefois, à l’issue de cet accord, noué avec le groupe Rossel, La Libre Belgique, L’Avenir et la Société de droits d’Auteurs des Journalistes (SAJ), Google se défend d’avoir versé une quelconque indemnité aux journaux concernés pour la publication de leurs contenus sur ses portails, dans le passé ou pour des publications futures.

Le Monde avançait, dans un article datant du 12 décembre, que Google avait accepté de reverser aux journaux belges francophones concernés une indemnité allant de 2% à 3% du chiffre d’affaires de la presse belge francophone, soit près de 5 millions d’euros.

Les accords conclus stipuleraient notamment la mise en place d’un partenariat commercial entre Google et la presse belge, avec pour but  d’augmenter la fréquentation des sites des journaux pour mieux les aider à monétiser leurs contenus en ligne. Le cas d’une redevance à verser pour l’exploitation en ligne des articles ne serait pas à l’ordre du jour…

En Europe, la fronde continue de s’organiser. Fin octobre, des éditeurs de presse français, italiens et allemands, se sont montrés favorables à « un développement économique pérenne de la presse ».

Cela passe notamment par l’instauration de « droits voisins » appliqués aux moteurs de recherche. En cas d’exploitation de contenus de journaux via les moteurs, un système de rétribution destiné à la presse doit être mis en place.

Une perspective qui crispe Google car cela ruine le modèle économique associé à son portail d’agrégation d’actualité.

Quizz : Etes-vous incollable sur les différents services de Google ?

 

Crédit image : Copyright Annette Shaff-Shutterctock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur