Google Pixel et Pixel XL : c’est costaud mais ça manque d’audace

MobilitéSmartphones
4 2

Google dévoile deux nouveaux smartphones phares sous la marque Pixel, jouant le rôle d’écrins pour Android Nougat 7.1, la plateforme Daydream VR et Google Assistant.

C’était la grande attraction du soir : Google vient de présenter ses deux nouveaux smartphones qui succèdent aux Nexus 5X et 6P de 2015. Exit la marque Nexus qui laisse place à un seul nom (Pixel) et un design similaire pour les deux smartphones (avec un « XL » les différenciant par la taille d’écran).

La firme Internet de Mountain View joue clairement la carte du haut de gamme pour ses modèles sous Android Nougat 7.1 avec un châssis en aluminium anodisé mais des tarifs revus à la hausse…

Les deux terminaux mobiles se distinguent par leur dalle d’affichage. Là où le Pixel hérite d’un écran AMOLED de 5 pouces défini en Full HD (soit 1920 par 1080 pixels pour du 441 ppp (pixels par pouce)), le Pixel XL est équipé d’un écran AMOLED de 5,5 pouces plus précis (QHD à 2560 par 1440 pixels pour une résolution d’affichage de 534 ppp).

Parmi les points communs stratégiques des deux smartphones, signalons le volet photo avec un capteur principal de 12,3 mégapixels avec ouverture à f/2.0. Grâce à ses photosites de 1,55 µm, sa propension à capter la lumière quand celle-ci vient à manquer devrait être améliorée.

Google avance que l’APN du Pixel hérite d’une note de 89 sur DxOMark (une références pour évaluer et comparer la qualité des appareils photos embarqués sur les terminaux numériques et les lentilles), « soit la meilleure jamais obtenue par un smartphone ». En revanche, il n’y a pas de stabilisation optique, Google mettant en avant une stabilisation basée sur les mesures du gyroscope pour la captation vidéo.

Le HDR+ pousse la technologie qui consiste à prendre plusieurs photos avec des expositions différentes pour améliorer les contrastes et réduire le bruit.

Enfin, toujours selon Google, l’APN principal serait le plus véloce du marché. Celui-ci est complété par un APN de 8 mégapixels en façade.

pixel-google_b

Pixel : du Snapdragon en coulisse

Que cache le volet SoC (System on Chip) ? La puce mobile Snapdragon 821 signée Qualcomm qui succède au Snapdragon 810 (présent dans le Nexus 6P) se veut plus performante que le Snapdragon 820 (des One Plus 3, LG G5, HTC 10…), à hauteur de 10% pour le processeur.

Ce dernier intègre deux jeux de 2 coeurs Kryo cadencés jusqu’à 2,15 GHz et 1,6 GHz. La solution graphique est l’Adreno 530, tout comme pour le Snapdragon 820. Le Snapdragon 821 est couplé à 4 Go de RAM LPDDR4.

Le stockage passe par 32 Go ou bien 128 Go ; on retrouve là la même approche qu’Apple avec les iPhone 7 (déclinés en moutures 32 Go, 128 Go et 256 Go).

L’aspect connectivité n’a pas été délaissé puisque les deux appareils supportent le Wi-Fi 802.11ac 2×2 MIMO (multiplexage via 2 antennes afin d’augmenter la bande passante), le NFC, le Bluetooth 4.2 et la 4G LTE avec agrégation de 3 porteuses. Un scanner d’empreinte digitale baptisé « Pixel Imprint » est aussi présent au dos.

On trouve également 3 microphones (2 en façade et 1 autre au dos) afin de mieux saisir les requêtes passées à Google Assistant, le nouvel assistant virtuel de Google. Basé sur l’intelligence artificielle, il est l’attraction centrale de la keynote de Google puisqu’il équipe aussi le Google Home.

Un connecteur USB Type-C équipe l’appareil, tout comme un port jack 3.5 mm. Google n’a donc pas escamoté le port audio analogique, même si techniquement cela est possible grâce à la dernière spécification de l’USB-IF (pour un flux audio analogique ou numérique véhiculé via l’USB-C).

Il permettra de recharger les batteries de 2770 mAh (Pixel) et 3450 mAh (Pixel XL) et de tirer profit du système de recharge rapide (7 heures d’autonomie obtenues en 15 minutes).

Bilan : Google manque d’audace

Sur le papier, ces deux smartphones « Daydream ready » (plateforme de développement pour la réalité virtuelle de Google) sont donc parfaitement équipés. Ils n’en restent pas moins très classiques, voire conservateurs.

On attendait un certain renouveau avec l’abandon de la marque Nexus au profit de celle de Pixel. Il n’en est rien. Google se contente du minimum. Et il ne faut pas s’attendre à un effort sur le prix : le Pixel est proposé à 649 dollars (32 Go) et 749 dollars (128 Go) tandis qu’il faudra débourser 769 dollars (32 Go) ou 869 (128 Go) pour le Pixel XL.

Les Pixel et Pixel X peuvent d’ores et déjà être pré-commandés au Etats-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni, au Canada et en Australie. Mais pas en France…sniff.

(Crédit photo : @Google)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur