Google Play se fait des films en VoD

MarketingMobilitéOS mobiles

La plate-forme Google Play accueille des films disponibles à la location, sur le modèle du paiement à l’acte. Le doute subsiste quant à la pérennité de l’offre, alors que la VoD traverse une période charnière.

Trois semaines ont passé depuis son intronisation en remplacement de l’Android Market.

Après les applications et les e-books, Google Play accueille en son sein la vidéo à la demande, avec une offre de films disponibles à la location, sur le modèle du paiement à l’acte.

A raison de 3,99 euros le long métrage en définition standard (4,99 euros pour la HD), les tarifs sont comparables à ceux d’iTunes. Mais le catalogue n’a rien de comparable, quoique les studios ont massivement répondu à l’appel.

La sélection qui en résulte baigne dans l’éclectisme. Les productions de Disney, NBC Universal, Sony Pictures et la Warner côtoieront celles d’indépendants tels EuropaCorp et Wild Side.

Le service est accessible moyennant un simple navigateur Web. Sont toutefois éligibles à la procédure d’achat les seuls détenteurs de comptes Google Checkout qui disposent également d’un terminal mobile compatible.

En l’occurrence, un smartphone qui embarque au minimum l’OS Android Froyo 2.2 ou une tablette Honeycomb 3.2.

Aussi bien huilés que soient les rouages de cette offre, un voile d’incertitude subsiste quant à sa pérennité, tout particulièrement en ce qui concerne les tarifs actuellement en vigueur.

Des producteurs aux diffuseurs, la répartition des revenus entre les maillons de la chaîne est depuis belle lurette l’objet de débats que ne sont pas parvenues à solder les parties prenantes.

Jusqu’aux syndicats du cinéma français s’accordent à encenser la nécessité de rehausser les prix. Les diverses sources questionnées à cet égard suggèrent une tarification de base à quelque 8 euros pour une film en définition standard (SD).

La fermeture du géant Megaupload a pourtant redonné des ailes à l’offre légale. En France, l’audience de la VoD et de la catch-up TV aurait bondi de 26% en quelques semaines.

Entrée dans une période charnière, entre l’expectative Netflix et les projets d’alliance tel celui de TF1 et M6, la vidéo à la demande se cherche une raison d’être et une place stratégique sur les téléviseurs connectés. Avec Google, elle investit les plates-formes mobiles.

Crédit image : © Scanrail – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur