Google+ : marche arrière toute

MarketingSocial Media
google-plus-youtube
5 5

Le développement de Google+ va se recentrer sur la dimension du réseau social. Les briques jugées « non essentielles » seront progressivement séparées.

Clap de fin ? Recentrage sur l’aspect réseau social ? Basculement vers un modèle à la Pinterest ou à la reddit ? Les internautes sont partagés sur l’avenir de Google+.

C’est tout du moins ce qui ressort des quelque 1 200 commentaires associés à la contribution blog publiée ce lundi par Google pour faire le point sur ce dossier.

Bradley Horowitz est intervenu dans ce même fil de commentaires pour clarifier la situation : l’équipe SPS (« Streams, Photos and Sharing), qu’il préside depuis quelques mois, commence à mettre en oeuvre un « pivot stratégique » à l’issue duquel Google+ servira toujours à partager des contenus et à échanger entre utilisateurs… mais ne sera plus indispensable pour exploiter les autres services Google.

Le groupe Internet fait machine arrière alors qu’il tentait, depuis plusieurs années, de fédérer les identités des internautes sous l’égide de Google+.

Si le principe a « séduit » sur le fond, il n’a pas nécessairement convaincu sur la forme. L’illustration la plus marquante fut sans doute cette incompréhension de la communauté YouTube face à l’obligation de posséder un compte Google+ non seulement pour publier des vidéos, mais aussi pour poster des commentaires.

La plate-forme vidéo fera d’ailleurs partie des premiers services qui seront émancipés : dans quelques mois, toutes ses fonctionnalités seront accessibles sans posséder un compte Google+.

Sur la question des commentaires (c’est en partie la raison pour laquelle la dimension Google+ avait été introduite), Google assure avoir amélioré son algorithme de classement : les votes négatifs auraient diminué de 35 %, traduisant une meilleure mise en avant des contenus pertinents.

On notera par ailleurs que les commentaires postés sur YouTube n’apparaîtront bientôt plus sur Google+ ; et vice versa. Enfin, ceux qui ont fait le lien entre les deux comptes pourront l’annuler.

Sur un second plan, Google va continuer à séparer certaines composantes de Google+, comme ce fut le cas cette année avec Google Photos. Toutes les briques « non essentielles » à l’aspect réseau social y passeront. Par exemple, le partage de localisation, qui sera reporté sur Hangouts.

S’agit-il là d’un aveu d’échec pour un service qui n’a jamais réussi à atteindre le niveau de popularité de Facebook ou de Twitter ? Ou faut-il simplement y percevoir un nouvel élan après le départ, au printemps 2014, de Vic Gundotra, principal artisan du lancement de Google+ ?

Crédit photo : GongTo – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur