Google recense les menaces qui pèsent sur son activité

Mobilité

A l’occasion de l’introduction en bourse du moteur de recherche, ses dirigeants ont dressé une liste des obstacles qui pourraient freiner son élan : la concurrence avec Microsoft, sa grande dépendance à la publicité et les risques high-tech.

A l’occasion de sa prochaine introduction en Bourse au Nasdaq (voir édition du 27 juillet 2004), Google a remis à la SEC (Securities and Exchange Commission, le gendarme de la Bourse aux Etats-Unis) un document de référence de plusieurs centaines de pages qui présente toute les facettes de son activité. Ce rapport très intéressant met en exergue les dangers encourus (“risk factors”) par le moteur de recherche dans le cadre de son développement économique et technologique.

L’un des premiers points abordés concerne l’état de la concurrence. Sans surprise, Microsoft et Yahoo se trouvent en première ligne. Le rapport indique, par exemple, que le groupe mondial d’édition de logiciels dispose d’un effectif vingt fois supérieur à celui de Google (2 292 collaborateurs à fin juin 2004). Quant à Yahoo, son influence a été renforcée à la suite du rachat successif de plusieurs sociétés Internet comme Overture Services (liens sponsorisés) ou les outils de recherche Inktomi, AltaVista et AllTheWeb. Quelques éléments d’actualité sont égrainés dans le rapport : on apprend ainsi que, dans le courant du mois de juillet, Google a cessé de fournir sa technologie de recherche à Yahoo, un accord qui représentait 2 % du chiffre d’affaires de Google au premier semestre 2004.

Dépendance à la publicité

Autre volet évoqué : la grande dépendance du modèle économique de Google à la publicité. Au cours des six derniers mois, celle-ci a représenté 98 % des revenus de Google. “La réduction des budgets publicitaires ou la perte d’annonceurs pourraient sérieusement déstabiliser notre business”, prévient-on dans le rapport. Pire : l’apparition d’un outil “parasite” permettant de bloquer l’affichage des publicités délivrées par Google constituerait un coup dur.

Naturellement, les risques de procès liés aux affaires d’exploitation présumée de brevets sont évoqués, tout comme les litiges apparues autour de l’usage abusif de marques commerciales utilisées comme mots clés dans son programme de liens sponsorisés AdWords. Google recense plusieurs cas spécifiques qui sont apparus aux Etats-Unis mais aussi en France, en Italie et en Allemagne.

Un risque technologique

Car, aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce sont les innovations technologiques qui inquiètent le plus l’équipe de Google. Par exemple, elle n’exclut pas que Microsoft prenne des mesures pour bloquer l’indexation des documents Word disponibles sur Internet, par exemple en rendant le format illisible par le moteur de recherche. Du coup, celui-ci perdrait l’une de ses fonctionnalités à valeur ajoutée. Autre menacé évoquée : le développement du spamdexing, technique consistant à copier les pages Web d’un site bénéficiant d’un bon positionnement sur un moteur de recherche pour les incorporer dans son propre site. Le risque pour Google et les autres moteurs est alors que leur pages de résultats perdent de leur pertinence.

Dans ce catalogue de risques, Google est rattrapé par l’actualité : en début de semaine, le moteur de recherche a été confronté à une variante du virus Mydoom, qui a frappé les principaux moteurs de recherche (voir édition du 27 juillet 2004). Un facteur de risques que le moteur n’a pas eu le temps d’inclure dans la présentation de son dossier destiné aux investisseurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur