Google se restructure sous le prisme d’Alphabet

EntrepriseGouvernanceRégulations
google-alphabet
6 28

Google va séparer ses activités en plusieurs sociétés indépendantes qui seront placées sous le contrôle d’une holding baptisée Alphabet.

Pour mieux contrôler son empire technologique, Google le divise.

Le groupe américain procédera, avant la fin de l’année, à une restructuration majeure qui verra la création d’une nouvelle entité baptisée Alphabet.

Cette holding gérera l’ensemble des activités de la multinationale.

Google deviendra sa principale filiale et regroupera les services qui représentent aujourd’hui l’essentiel du chiffre d’affaires : le moteur de recherche, la publicité en ligne, la cartographie avec Maps, le streaming vidéo avec YouTube, la navigation Web avec Chrome, la mobilité avec Android, ainsi que l’infrastructure technique liée.

Google évoluera aux côtés d’entités indépendantes qui regrouperont des projets plus éloignés du coeur de business de l’entreprise. Par exemple Nest (objets connectés), Life Sciences (avec notamment ses lentilles de contact intelligentes), Fiber (déploiement de la fibre optique) et Calico (travaux sur l’allongement de la vie humaine).

Officiellement institué dans un document remis en date du 10 août 2015 à la SEC (« Securities and Exchange Commission », gendarme des marchés financiers aux États-Unis), Alphabet contrôlera aussi les actuels laboratoires Google X et les deux branches du groupe dédiées au capital-investissement (Google Capital ; Google Ventures).

A sa tête, on retrouvera Larry Page (CEO) et Sergey Brin (président).

Sundar Pichai prend du galon

Dans une contribution blog, les deux cofondateurs de Google reviennent sur cette réorganisation en plusieurs pôles visant à « mieux exécuter chaque activité ». Assurant qu’il faut « prendre des risques pour rester dans le coup », ils expliquent avoir choisir l’appellation Alphabet en l’appréhendant comme « un ensemble de lettres qui représentent le langage, l’une des plus importantes innovations de l’humanité ».

Chacune des sociétés placées sous la coupe d’Alphabet fonctionnera de manière globalement indépendante, avec son budget… et son CEO. Pour Google, ce sera Sundar Pichai, qui prend les rênes à 43 ans après avoir progressivement gravi les échelons depuis son arrivée en 2004.

La dernière promotion de cet ancien d’Applied Materials (semi-conducteurs) et de McKinsey & Company (cabinet de conseil) remontait à octobre 2014. Après avoir chapeauté le développement de Chrome, d’Android et des Google Apps, il voyait ses prérogatives élargies à l’ensemble des services Internet du groupe.

Les résultats financiers du « nouveau Google » devraient être séparés du reste d’Alphabet à partir du 4e trimestre 2015. En Bourse, chaque action Google sera convertie en une action Alphabet, avec les mêmes droits de vote. Un schéma apprécie par les investisseurs : + 6 % pour le titre GOOG ce lundi après la clôture des échanges sur le Nasdaq.

On notera que le nom de domaine associé à Alphabet est abc.xyz. BMW possède déjà alphabet.com, associé à sa filiale Alphabet International GmbH, fondée en 1997 et spécialisée dans la mobilité professionnelle.

Google ne détient pas non plus le compte Twitter @alphabet, exploité par un résident de l’Ohio. Quand à @abcxyz, c’est un compte abandonné.

Crédit photo : Kichigin – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur