Google se plaint de la concurrence déloyale de Microsoft

Mobilité

Google voudrait qu’Internet Explorer 7 propose aux utilisateurs le choix du moteur de recherche par défaut au premier lancement de l’application.

Google exerce actuellement une pression sur le gouvernement américain et l’Union européenne afin qu’ils prennent des mesures pour assainir la concurrence entre le moteur de recherche et Microsoft. Internet Explorer 7, le futur navigateur de l’éditeur, lui donne en effet un avantage compétitif déloyal dans la mesure où il redirige par défaut les internautes vers le service MSN Search, propriété de Microsoft.

Google estime que les utilisateurs devraient pouvoir sélectionner eux-mêmes leur moteur de recherche par défaut lors du premier lancement de l’application, au lieu de se voir imposer celui de Microsoft. Ce dernier a répliqué, selon le New York Times, que les internautes avaient la possibilité de modifier facilement les paramètres de leur navigateur et d’activer l’outil de recherche de leur choix.

Outre le moteur de recherche sélectionné par défaut, la nouvelle version du logiciel copie également les paramètres existants d’Internet Explorer. Les fabricants d’ordinateurs peuvent eux aussi modifier les réglages du navigateur ou bien intégrer un logiciel alternatif à celui de Microsoft sur les nouveaux systèmes.

Le combat des chefs

Internet Explorer est le navigateur dominant sur son marché : selon les chiffres de la société de mesure du trafic Onestat, l’application fonctionne sur environ 85 % des ordinateurs dans le monde. De son côté, Google reste le moteur de recherche le plus utilisé avec 42,3 % des requêtes effectuées aux Etats-Unis en février dernier.

Microsoft a publiquement désigné Google comme l’un de ses principaux concurrents et annoncé qu’il voulait devenir l’acteur dominant sur le marché de la recherche en ligne. L’éditeur de logiciels a renforcé ses investissements dans son service MSN Search et a réalisé l’année dernière une avancée majeure dans le domaine des services en ligne avec son initiative Live Software.

Microsoft a déjà été reconnu coupable de violation des lois antitrust, à la fois aux Etats-Unis et en Europe : l’éditeur a en effet usé de son monopole sur les systèmes d’exploitation pour ordinateurs de bureau pour favoriser Internet Explorer vis-à-vis du navigateur concurrent Netscape. Le procès est toujours en cours en Europe mais, jusqu’à maintenant, aucune obligation de modifier les paramètres par défaut du navigateur n’a été évoquée.

(Traduction d’un article de VNUnet.com en date du )


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur