Google transforme Internet Explorer en simili Chrome

Cloud

Le plug-in Google Chrome Frame permet de profiter du moteur de rendu Webkit, utilisé par Chrome, dans Internet Explorer. Si la rapidité est au rendez-vous, Microsoft estime que ce module rend IE moins sécurisé.

Comment permettre aux internautes d’utiliser Google Chrome sans avoir besoin d’ouvrir ce navigateur ? Google a trouvé la parade en mettant à contribution un de ses concurrents : Internet Explorer. La firme de Mountain View a en effet mis au point un plug-in, baptisé Google Chrome Frame, qui permet d’utiliser dans Internet Explorer 6, 7 et 8 le moteur de rendu Webkit, et JavasScript v8, sollicités habituellement par Safari et Google Chrome.

Les bénéfices apportés par cette extension Chrome Frame intégrée à la version 8 du navigateur de Microsoft seraient immédiats et remarquables : selon nos confrères de ComputerWorld.com, Chrome Frame permettrait  de rendre Internet Explorer 10 fois plus rapide et performant sous SunSpider, qui permet de tester les performances JavaScript des navigateurs Web.

A noter que Google Chrome Frame prend en charge plusieurs éléments du langage HTML5, comme les balises vidéo et audio, qui concurrence directement la technologie Silverlight de Microsoft.

La firme de Redmond n’a pas tardé à réagir à l’arrivée de ce nouveau plug-in, qui dévalorise les performances d’Internet Explorer. Si Microsoft ne conteste pas le gain de rapidité induit par l’installation du Chrome Frame sur son navigateur, un porte-parole de l’éditeur américain tire la sonnette d’alarme en annonçant que l’installation d’un tel module pourrait entraîner l’émergence d’une faille de sécurité dans Internet Explorer.

“Avec Internet Explorer 8, nous avons fait d’importants progrès pour rendre le navigateur plus sûr pour nos utilisateurs. Compte tenu des problèmes de sécurité rencontrés avec les plug-in en général et Google Chrome en particulier, Google Chrome Frame multiplie par deux les risques d’attaques de malwares ou de scripts malveillants”.

Pourtant, lors d’une tentative de hacking organisée en mars dernier à l’occasion de la conférence annuelle CanSecWest sur la sécurité informatique, des experts ont réussi à faire tomber tous les navigateurs (IE8, Firefox, Safari), sauf Google Chrome.

Pour Google, ce plug-in est surtout un bon moyen de faire la publicité de Chrome en direction des internautes utilisant toujours Internet Explorer, qui reste le leader mondial des navigateurs (66,97% de parts de marché en août dernier, selon NetApplications).

A lire également sur ITespresso.fr : Dossier spécial : Navigateurs : le nouvel assaut


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur