Google : une pilule de 500 millions de dollars dure à avaler

MarketingPublicité

Google USA s’est montré laxiste en diffusant illégalement des publicités AdWords pour des produits pharmaceutiques émanant du Canada. L’ordonnance des autorités américaines est corsée.

Selon le ministère américain de la Justice (DoJ), un accord financier avec Google a été trouvé pour régler un litige portant sur la promotion illégale de produits pharmaceutiques via son service de liens sponsorisés (l’outil “e-pub” AdWords)

Le groupe Internet devra verser 500 millions de dollars pour avoir autorisé la diffusion d’encarts publicitaires de pharmacies canadiennes.

Celles-ci en ont profité pour promouvoir des produits pour la santé nécessitant une ordonnance aux États-Unis sur fond d’importation illégale sur le territoire américain.

La confiscation – une des plus grosse de tous les temps aux États-Unis – représente le chiffre d’affaires généré par Google grâce aux compagnies pharmaceutiques canadiennes ayant acheté des publicités AdWords, plus les revenus obtenus par les entreprises canadiennes avec leurs ventes aux consommateurs américains“, considère le DoJ à travers un communiqué.

Google se serait montré laxiste malgré les avertissements des autorités américaines. Les premiers avertissements concernant l’illégalité de ses pratiques remontent à 2003.

Il a fallu attendre 2009 pour que Google décide de bloquer ces publicités litigieuses.

Nous avons interdit la promotion de médicaments sous ordonnance aux États-Unis par des compagnies pharmaceutiques canadiennes il y a déjà un moment, mais il est évident avec le recul que nous n’aurions pas dû accepter ces publicités sur Google dès le départ“, tente de se justifier un porte-parole du groupe Internet cité par l’AFP.

Le montant élevé du dédommagement servira de leçon à Google, considère James Cole, en qualité de procureur adjoint fédéral (Deputy Attorney General). Il avait pris ses fonctions en début d’année.

Une manière de s’assurer que “Google réformera ses pratiques publicitaires non conformes.

Néanmoins, Google avait pris le soin de provisionner ce montant au cours du premier semestre.

De quoi calmer les ardeurs des autres entreprises tentées de contourner la loi sur les substances contrôlées par appât du gain.

Logo : © freshidea – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur