Google va enfin numériser les ouvrages épuisés de Hachette Livre

Marketing

Après neuf mois de négociations, Hachette Livre et Google ont finalisé l’accord de numérisation et de commercialisation d’une partie des oeuvres épuisées figurant dans le catalogue de l’éditeur.

La période de gestation du protocole d’accord-cadre signé en novembre 2010 entre Hachette Livre et Google a été longue.

L’accord final pour la numérisation d’une partie du catalogue de la maison d’édition vient d’être officialisé par les parties.

On sent bien que les discussions ont été pointilleuses…

Dans les grandes lignes, le sujet principal n’a pas changé: Google sera chargé de numériser plusieurs milliers d’oeuvres du catalogue Hachette Livre, qui sont régies par le droit d’auteur français et qui ne font plus l’objet d’une commercialisation (mais cela pourrait changer à l’ère numérique).

Transformer l’ouvrage papier en livre électronique pour “donner une seconde vie à des milliers d’œuvres épuisées, tant au bénéfice des auteurs que des universitaires, des chercheurs et du grand public en général.”

Hachette Livres (propriété du groupe Lagardère) a encadré ce premier accord important avec Google dans le monde de l’édition.

Surtout sur le volet du contrôle de la numérisation, le deuxième éditeur mondial de livres s’est montré tatillon.

La maison d’édition, présidée par Arnaud Nourry, “déterminera quelles oeuvres Google peut numériser, quelles oeuvres seront disponibles sous forme d’ebook via Google ebooks et quelles oeuvres de l’éditeur seront retirées des services Google”.

Une passerelle est établie pour l’exploitation des oeuvres sous la forme d’impressions à la demande.

Hachette Livre prend le soin d’assurer que cette collaboration avec Google constitue une nouvelle source potentielle de revenus pour les auteurs et les éditeurs.

Signe de bonne volonté vis-à-vis des pouvoirs publics, l’éditeur assure qu’il offrira les livres numériques aux “institutions publiques, telles que la Bibliothèque Nationale de France” en vue d’une disposition à un public plus grand.

Pour Google, c’est un premier pas vers la normalisation des relations avec les grands éditeurs de France. Mais il reste du chemin à faire pour parvenir à une entente cordiale.

Il faudra d’abord régler les contentieux liés à l’exploitation de Google Books (Editions La Martinière, Gallimard – Flammarion – Albin Michel).

Le groupe Internet devra aussi affiner sa vision de bibliothèque universelle numérique (Google Books) en collaboration avec des institutions comme la British Library au Royaume-Uni et celle de grande librairie numérique à vocation plus commerciale sous la bannière Google eBooks.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur