Google veut trouver “un moyen de travailler au sein du système chinois”

CensureCloudRégulations

Dans des interventions publiques ou médias, Sergey Brin, co-fondateur de Google, a abordé la cyber-attaque dont Google a fait l’objet et la censure en Chine.

Sergey Brin le soutien mordicus : Google veut trouver “un moyen de travailler au sein du système chinois pour apporter l’information à ce peuple“.

Tout en poursuivant : “Peut-être que nous n’y arriverons pas immédiatement. Cela nécessitera peut-être un ou deux ans.”

Lors de la conférence annuelle TED organisée la semaine dernière en Californie, le co-fondateur de Google s’est donc exprimé sur le bras de fer qui oppose le groupe Internet aux autorités chinoises à propos de la censure d’Etat.

Après avoir subi fin 2009 une vaste attaque informatique sur ses infrastructures depuis la Chine, Google menace de quitter le pays s’il n’obtient pas le privilège d’exploiter un moteur sans filtre.

Sergey Brin souhaiterait également que les autres firmes ayant subi une attaque similaire au même moment se manifeste (plus de vingt selon le décompte de Google). “si les compagnies avançaient, nous serions plus en sécurité.”

Le co-fondateur de Google soutient que cette cyber-attaque est “sophistiquée”. Et que les assauts provenaient bien de la Chine.

Néanmoins, Sergey Brin n’a pas directement accusé le gouvernement chinois d’être derrière cette attaque. Quelques agents chinois tout au plus auraient participé au complot anti-Google…

Dans une interview accordée parallèlement au quotidien italien La Repubblica, Sergey Brin a indiqué que Google était attaché “à défendre la libre circulation des informations et des idées non seulement en Chine mais dans tous les autres pays.”

“Au cours des deux trois années précédentes, des progrès avaient été enregistrés sur le front de la censure en Chine mais les récentes attaques et les positions des autorités chinoises les ont annulés. Ce qui a créé une situation dans laquelle il est très difficile d’opérer”, a déclaré le co-fondateur de Google.

Gmail bloqué en Iran
Autre question épineuse pour Google, le blocage de sa messagerie Gmail en Iran. La volonté du régime autoritaire de Téhéran serait de créer un système parallèle, plus efficace pour contrôler plus efficacement les échanges d’e-mails sur la Toile iranienne et les propos tenus par les opposants.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur