Google Video attaqué pour violation de droits d’auteur

Mobilité

Le moteur de recherche fait face à une série de plaintes de détenteurs de
contenus vidéo au nom de la protection copyright.

Le moteur de recherche se retrouve en pleine tourmente judiciaire à cause de son service Google Video. Un titulaire de droit d’auteur accuse en effet Google d’avoir mis à disposition illégalement des vidéos à la disposition de sa communauté d’utilisateurs. Le groupe Internet a révélé cette affaire à l’occasion d’un document remis la semaine dernière devant la Securities and Exchange Commission [SEC, l’équivalent en France de l’Autorité des marchés financiers].

Minimisant l’ampleur de la menace, un porte-parole de Google a confié à Vnunet.com qu’il ne s’agissait que “d’un petit procès concernant une seule vidéo apparue très brièvement”. “Nous avons mis en place des procédures permettant aux personnes titulaires de droits d’auteur de nous avertir en cas de diffusion non autorisée sur Google Video de contenu qui les appartient. Dès que nous recevons de telles notifications, nous nous empressons de supprimer le contenu.”

Le contentieux illustre à la fois les problèmes auxquels est confronté le moteur de recherche concernant son service Google Video et les problèmes découlant directement de l’acquisition de YouTube le mois dernier. Selon ses détracteurs, Google a vu les risques augmenter depuis l’acquisition de YouTube, les titulaires de droits d’auteur étant certainement plus enclins à attaquer une société de la stature de Google qu’une simple start-up à la trésorerie vacillante.

Robert Tur, un journaliste habitant à de Los Angeles, a par ailleurs engagé des poursuites contre YouTube en juillet dernier pour violation de droits d’auteur. Google et YouTube s’engagent effectivement à supprimer le contenu de leurs services en ligne en cas d’injonction dans ce sens. Un système qui oblige néanmoins les titulaires de droits d’auteur d’enregistrer une plainte au préalable.

Le mois dernier, YouTube a supprimé pas moins de 29 000 vidéos après avoir reçu une plainte de la Japanese Society for the Rights of Authors, Composers and Publishers. Le service a également été amené récemment à supprimer de nombreuses vidéos qui provenaient de la chaîne câblée américaine Comedy Central, appartenant au groupe mondial de communication Viacom.

Traduction d’un article de Vnunet.com en date du 13 novembre 2006


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur