Google, Yahoo et Apple sous le coup d’une enquête de la justice américaine pour entente illicite

Mobilité

Le département de la justice serait en train de se pencher sur les politiques de recrutement menées par ces trois firmes et Genentech, qui pourraient violer les lois anti-trust américaines.

Selon le quotidien The Washington Post, le ministère américain de la Justice (Departement of Justice-DoJ) enquêterait sur les pratiques de plusieurs grandes firmes IT concernant leur politique de recrutement.

Les quatre entreprises concernées par cette investigation menée par la justice américaine seraient Google, Yahoo, Apple et le groupe de biotechnologies Genentech. Selon la presse d’outre-Atlantique, ces groupes de premier plan se seraient mis d’accord pour ne pas débaucher entre elles leurs collaborateurs les plus qualifiés. Ce genre de pratique contreviendrait aux lois sur la concurrence, en affaiblissant notamment leur rivalité sur le marché du travail. Mais pour le moment, selon le New York Times, l’enquête lancée n’est est qu’à un stade préliminaire.

Pourtant, dans les grandes structures de l’univers des NTIC, de nombreux employés quittent régulièrement leur entreprise pour “passer à l’ennemi”, avec parfois, néanmoins, quelques déboires judiciaires à la clé. Rappelons le cas de Mark Papermaster, ingénieur chez IBM, recruté par Apple.

Big Blue avait déposé une plainte auprès d’une cour américaine pour empêcher le débauchage de cet employé, qui aurait détenu des secrets commerciaux qui pourraient être utilisés par la firme de Steve Jobs, et constituerait donc une violation de sa clause de non concurrence signée alors qu’il travaillait pour IBM.

Par ailleurs, Google et Apple font déjà l’objet depuis début mai d’une enquête menée par la Federal Trade Commission (FTC) qui s’interroge sur les liens entretenus par ces deux firmes, qui pourraient entraîner une distorsion de la libre concurrence. En effet, Eric Schmidt, le P-DG de Google, siège au conseil d’administration de son entreprise mais aussi à celui d’Apple.

Mais la loi américaine stipule qu’il est interdit, pour une même personne, de siéger en même temps au sein des conseils d’administration de deux entreprises concurrentes. Google et Apple sont en effet concurrents dans le domaine des systèmes d’exploitation mobiles (iPhone pour la firme de Cupertino, et Android pour Google) et des navigateurs (Chrome pour le géant de l’Internet et Safari pour Apple).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur