Gouvernement : le duo Emmanuel Macron – Axelle Lemaire décroche le numérique

Régulations
francois-hollande-emmanuel-macron

Avec le remaniement, l’ex-conseiller de François Hollande à l’Elysée prend les fonctions de ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. Axelle Lemaire reste secrétaire d’Etat chargée du Numérique.

Dans le cadre du remaniement qui vient d’être annoncé au nom de la composition du gouvernement Valls II, Emmanuel Macron reprend (presque) les prérogatives d’Arnaud Montebourg lorsqu’il était à Bercy. En tant que ministre, il sera chargé de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique. On oublie au passage la dimension du redressement industriel qui disparaît des fonctions officielles.

Conseiller à l’Elysée, Emmanuel Macron a occupé les fonctions de secrétaire général adjoint dès l’arrivée de François Hollande à l’Elysée. Poste qu’il a occupé jusqu’en juin 2014. Il avait été remplacé dans la foulée par Laurence Boone.

De manière assez singulière, il passe de l’ombre à la lumière en prenant l’un des postes les plus stratégiques et les plus exposés à Bercy. Difficile de savoir comment Emmanuel Macron compte orienter la stratégie numérique du gouvernement Valls II. Mais il pourra compter sur Axelle Lemaire qui conserve sa fonction de Secrétaire d’Etat en charge du Numérique adoptée en avril dernier.

Autre ministre susceptible d’intervenir sur le volet du numérique : Fleur Pellerin décroche le ministère de la Culture et de la Communication. Lors de l’ascension de François Hollande à la Présidence de la République, elle avait pris les fonctions de ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique dans les gouvernements Ayrault.

Puis Fleur Pellerin avait basculé vers une autre mission lorsque Manuel Valls est arrivé à Matignon au titre de secrétaire d’État chargée du Commerce extérieur, du Développement du tourisme et des Français de l’étranger (rattachée au ministère des Affaires étrangères).

Avec ce nouveau poste de ministre de la Culture et de la Communication, elle pourrait reprendre la main sur le dossier Hadopi (lutte contre la piraterie numérique) qui n’a guère avancé sous l’ère d’Aurélie Filippetti.

Dans une moindre mesure, le duo Najat Vallaud-Belkacem (ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche) – Geneviève Fioraso (secrétaire d’Etat et Secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche) pourrait intervenir sur des thématiques comme le numérique à l’école (apprendre le code informatique aux élèves par exemple) ou les plateformes de cours en ligne (MOOC en anglais).

A lire également : Numérique : quel héritage d’Arnaud Montebourg à Bercy?

(Crédit photo : François Hollande et Emmanuel Macron au Conseil Européen à Bruxelles – Merci au service presse de la Présidence de la République)

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur