Le gouvernement français milite en faveur de l’usage des logiciels libres

Régulations

Le gouvernement Ayrault vient de publier une circulaire sur l’usage des logiciels libre dans l’administration publique et les avantages liés : “moindre coût, souplesse d’utilisation, levier de discussion avec les éditeurs. Une initiative saluée par des acteurs du secteur comme le CNLL, l’April ou encore Linagora.

Le gouvernement Ayrault souhaite visiblement pousser l’usage des logiciels libres et open source, tout du moins dans les services administratifs de l’Etat, comme le montre la récente circulaire « Usage du logiciel libre dans l’administration ».

Dans la missive accompagnant cette circulaire, le Premier Ministre souligne les multiples avantages liés à l’utilisation du logiciel libre : « moindre coût, souplesse d’utilisation, levier de discussion avec les éditeurs ».

Cette circulaire, comme le précisé Jean-Marc Ayrault, a été établie « […] avec les directeurs des systèmes d’information [des] ministères, dans le cadre d’un travail animé par la direction interministérielle des systèmes d’information et de communication ».

Elle fait état de plusieurs « orientations » visant à promouvoir la bonne utilisation dans l’administration de tels logiciels : « les origines et les fondements du logiciel libre », « le libre, un choix raisonné » (avantages, limites/points d’attention), « les différents contextes d’usage », « Instaurer une convergence effective sur des souches de logiciels libres », « Activer un réseau d’expertise sur les souches de convergence », « Améliorer le support des logiciels libres dans un contexte économique contrôlé », « Suivre les grandes communautés », « Déployer des alternatives crédibles et opérationnelles aux grandes solutions éditeurs ».

Le Conseil National du Logiciel Libre (CNLL), comme l’APRIL et éditeurs de logiciels libres comme Linagora, se réjouissent de la publication de cette circulaire et de la volonté du gouvernement de mettre en place « les axes d’une véritable politique en matière de logiciel libre et open source » souligne le CNLL.

Le Conseil National du Logiciel Libre met également en avant le fait que l’écosystème du logiciel libre 30 000 emplois et une croissance annuelle de plus de 30%, synonyme d’emploi et de compétitivité.

Il souligne aussi que le logiciel libre « permet de réduire la dépendance, stratégique et économique, de la France vis-à-vis des fournisseurs étrangers, favorise l’activité des PME et l’emploi local et évite l’évasion fiscale pratiquée par les grands éditeurs internationaux »…

 

 

Crédit image : Copyright pan_kung-Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur