Gouvernement Valls : Arnaud Montebourg aux commandes du numérique

ManagementNominationsRégulations
arnaud-montebourg-numerique

Fleur Pellerin ne fait pas partie des 16 ministres du “gouvernement de combat” nommé par Manuel Valls. Arnaud Montebourg lui succède aux commandes de la politique numérique.

En dépit du soutien affiché des entrepreneurs et d’une mobilisation sur Twitter via le hashtag #keepfleur, Fleur Pellerin n’entre pas dans la composition du “gouvernement de combat” constitué par Manuel Valls.

Elle passe le témoin à son ancien ministre de tutelle Arnaud Montebourg. Le promoteur de la “nouvelle France industrielle” prend du galon à Bercy : depuis ce mercredi 2 avril, il chapeaute la politique numérique en plus du Redressement productif et de l’Economie.

Hier encore ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Fleur Pellerin n’est pas pour autant désavouée. Initiatrice du label “French Tech” et VRP des start-up à l’international, elle pourrait hériter d’un secrétariat d’État rattaché au “vrai ministère du Numérique” en faveur duquel François Hollande s’était exprimé mardi soir lors d’un dîner en présence de Bill Gates.

Son éventuel “repêchage” dépendra de l’approche retenue par Arnaud Montebourg. Alors que ses prérogatives s’étendent de l’industrie aux technologies de pointe, le chantre du “made in France” décidera-t-il de poursuivre en duo le chantier amorcé depuis les dernières présidentielles ? Parmi les dossiers en cours, le soutien à l’innovation, la promotion des entrepreneurs et des talents, le déploiement du très haut débit, la valorisation et la protection des données ou encore le rééquilibrage fiscal entre acteurs américains et européens.

Quand bien même les opérateurs sont partagés quant à la nomination d’Arnaud Montebourg, la filière salue globalement le maintien d’un ministère dédié. Président de l’Afdel (association qui représente, en France, plus de 300 entreprises du logiciel et des services Internet), Jamal Labed confie son optimisme à Silicon.fr : “C’est un point positif que, dans le cadre d’une équipe gouvernementale très resserrée, le numérique soit réaffirmé au rang des priorités du gouvernement“.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les grands groupes français du Web ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur